RMC Sport

Affaire Peng Shuai: Djokovic soutient la WTA et la suspension des tournois en Chine

Novak Djokovic, numéro un mondial de tennis, a apporté son soutien à la décision de la WTA de suspendre ses tournois en Chine face au traitement de la joueuse Peng Shuai, réduite au quasi silence depuis plusieurs semaines.

Le numéro un mondial de tennis Novak Djokovic a apporté mercredi son soutien "complet" à la décision de la WTA de suspendre ses tournois en Chine en soutien à Peng Shuai, car on "n'a pas assez d'informations" sur la situation de la joueuse qui a accusé d'abus sexuels un ancien haut-dirigeant communiste de son pays.

"Je soutiens complètement la position de la WTA parce que nous n'avons pas assez d'informations sur Peng Shuai et son bien-être, a déclaré Djokovic en marge de la Coupe Davis. Sa santé est de la plus haute importance pour le monde du tennis. Il ne s'agit pas forcément d'elle, ça pourrait être n'importe qui, un joueur ou une joueuse, quelque chose comme ça ne doit pas arriver."

Le 2 novembre dernier, dans un message posté sur le réseau social chinois Weibo, Peng Shuai s’était longuement épanchée sur sa relation extraconjugale avec un ancien vice-Premier ministre, Zhang Gaoli, marié et de 40 ans son aîné. Elle y parle de ses sentiments pour lui, mais aussi de son mal-être, soulignant la toxicité de ce triangle amoureux avec le dirigeant et la femme de ce dernier. Peng Shuai dit également avoir, il y a trois ans, "accepté" un nouveau rapport sexuel avec lui, mais s'être sentie "forcée" de le faire après l'insistance de Zhang Gaoli qui l'a fait "pleurer". Durant une relation d'une dizaine d'années, entrecoupées de périodes sans contact, la joueuse était la maîtresse de l'ex-dirigeant, jusqu'à une dispute quelques jours avant l'envoi du message.

Le message a en été censuré une vingtaine de minutes après avoir été diffusé. Depuis, les médias chinois restent silencieux et la grande majorité des Chinois n'ont pas connaissance de cette affaire. Après la courte diffusion du texte, la championne de tennis n’est plus apparue physiquement, entretenant l'inquiétude de l'association qui gère le circuit professionnel féminin de tennis (WTA) et de nombreuses stars comme Novak Djokovic ou Naomi Osaka. Elle est finalement réapparue courant novembre dans un restaurant à Pékin et lors d'un tournoi de tennis organisé dans la capitale chinoise, selon des vidéos publiées par des médias officiels.

Elle a également dialogué en visioconférence avec Thomas Bach, le président du Comité international olympique (CIO). Toujours pas convaincus, la WTA et l'Union européenne, entre autres, réclamaient ces derniers jours des preuves supplémentaires que Peng Shuai est libre de ses mouvements et que ses accusations seront traitées par la justice.

NC avec AFP