RMC Sport

PSG: Pochettino "prudent" sur le projet de la Super League

Le PSG dispute un quart de finale de Coupe de France ce mercredi (18h45) contre Angers, mais c’est un autre thème qui fait l’actualité cette semaine. Interrogé au sujet de la Super League, compétition dissidente qui entend faire de l’ombre à la Ligue des champions, l’entraîneur du PSG, Mauricio Pochettino, s'est montré très évasif.

Fidèle à ce qu’il offre aux journalistes depuis qu’il s’est assis sur le banc du Paris Saint-Germain cette année, Mauricio Pochettino est resté prudent, en usant de sa plus belle langue de bois s’agissant de la Super League. Un sujet sensible, qui crispe et divise le monde du football. Le technicien argentin s’est donc abstenu de prendre position, pour ou contre cette compétition dissidente.

>> La crise de la Super League en direct

Le Paris Saint-Germain ne fait pas partie des douze clubs fondateurs de la Super League, qu’il a refusé de rejoindre. En adoptant cette position, le club de la capitale a endossé un costume qui n’est pas pour déplaire à la plupart des supporters de football, des gouvernements et des instances.

"Il faut être prudent avant d’émettre un avis, sans avoir toutes les informations nécessaires pour se faire une idée bien précise, a-t-il déclaré en conférence de presse, ce mardi. Car nous avons une responsabilité quand nous parlons publiquement. Nous savons qu’un groupe de clubs essaie de créer une nouvelle compétition. L’UEFA essaie de son côté d’améliorer la Ligue des champions. Nous verrons ce qui se passe ces prochains jours, semaines, mois. Notre responsabilité, aux entraîneurs et aux joueurs, est de rester concentré sur les compétitions dans lesquelles nous sommes encore en lice. Et préparer nos matches de la meilleure façon possible."

Bielsa et Klopp beaucoup plus saignants

Loué pour sa prise de parole avant la rencontre entre Leeds et Liverpool (1-1), Jürgen Klopp avait dans un premier temps adopté la même position que Mauricio Pochettino, se gardant d'attaquer frontalement la position des Reds. Mais à force d’être relancé par le journaliste qui l’interrogeait quasiment exclusivement sur ce sujet, l’entraîneur des Reds avait fini par prendre ses distances avec le projet, comme d’autres de ses confrères, assurant qu’il n’avait "pas changé d’avis" sur la question, lui qui a toujours été hostile à cette idée.

Après la rencontre, Marcelo Bielsa s’était montré beaucoup plus sévère encore avec les concepteurs de la compétition. "Le problème fondamental, c'est que les riches aspirent toujours à être plus riches, sans tenir compte des conséquences pour les autres, avait-il asséné. Ce qui rend la compétition formidable, c'est la possibilité pour l'une des équipes faibles de se développer, pas de voir les grandes équipes s'affronter. Mais la logique du monde en ce moment, et donc celle du football, ce n’est pas ça. C'est que les puissants deviennent plus riches et que les faibles deviennent plus pauvres. Si c'est ce qui guide le monde en ce moment, pourquoi s’en étonner? Cela ne devrait pas nous surprendre."

dossier :

La Super League

QM avec LT