RMC Sport

Equipe de France: Le Graët lâche quelques indices sur sa réunion avec Deschamps

Invité ce dimanche de Téléfoot, Noël Le Graët a livré son analyse de l'élimination des Bleus par la Suisse, en huitième de finale de l'Euro 2021. Le président de la FFF confirme qu'il va rencontrer Didier Deschamps dans la semaine, pour parler de son avenir.

Après les premières analyses, place à la préparation de l'avenir. Noël Le Graët était l'invité de Téléfoot ce dimanche sur TF1. Le président de la Fédération française de football a livré son analyse de l'élimination de l'équipe de France par la Suisse, lundi dernier, en huitième de finale de l'Euro 2021. Après le match, le dirigeant s'était dit "en colère".

"En colère... ce sont des mots que l'on emploie quand on perd. J'étais plutôt déçu. J'imaginais, surtout à 3-1, que le match était quasiment plié, juge Noël Le Graët. Il faut quand même se souvenir qu'on a eu une poule difficile, avec trois premiers matchs difficiles. La chaleur était importante, c'est vrai. On a dominé malgré tout, on a fini premiers. Et sur ce dernier match, il y a dix minutes où on passe complètement à côté. Cela ne mérite pas de tout remettre en cause, même si j'ai entendu des analyses justifiées. On n'a pas joué au même niveau mais la France a quand même fini première du groupele plus compliqué."

>> Euro 2021: les infos en direct

"Ceci dit, je crois qu'il ne faut pas jeter tout ce qui a été fait, poursuit le président de la FFF. Au contraire, on a de jeunes joueurs qui ont beaucoup de qualités, on a un coach qui a d'énormes qualités. Très franchement, il faut faire une analyse lucide de ce qui n'a pas collé. On va le faire ensemble dès cette semaine. Il y a des détails, ça ne tient à rien. Comment expliquer que nos joueurs ce soient écroulés à dix minutes de la fin et qui a la bonne explication?"

"C'est le premier échec"

La rencontre avec le sélectionneur, qui ne souhaite pas démissionner selon nos informations, aura lieu dans la semaine. "Je laisse toujours passer une dizaine de jours parce que chacun doit réfléchir à ce qui a été bien ou pas bien. On va passer un moment à Guingamp. D'abord c'est un ami, quelqu'un qui, depuis que je l'ai pris, n'a jamais déçu, insiste le dirigeant. Il est fidèle, organisé. C'est le premier échec, on peut le dire, il ne faut pas se voiler la face." Des mots qui sonnent comme un maintien de confiance...

"S'il va rester sélectionneur? Je n'ai pas dit ça. On va discuter. Il faut toujours être d'accord pour continuer, avoir les mêmes objectifs. Les deux doivent avoir envie, la Fédération et l'entraîneur", complète Noël Le Graët. Quand à l'évocation de Zinédine Zidane comme possible successeur à la tête des Bleus, le président de la Fédération assure ne pas avoir de plan en tête: "Chaque chose en son temps. Il faut déjà se qualifier (pour le Mondial 2022 ndlr). J'avais dit les demi-finales de l'Euro parce que je considérais qu'on était dans les quatre meilleures équipes d'Europe, ce que je crois toujours. Il faudra se qualifier, on a aussi la Ligue des nations."

https://twitter.com/apobouchery Apolline Bouchery Journaliste RMC Sport