RMC Sport

Equipe de France: trois ans après le sacre, où en sont les champions du monde?

L’équipe de France célèbre ce jeudi le troisième anniversaire de son titre de champion du monde en Russie en 2018. Parmi les 23 Bleus présents lors du sacre, la plupart sont toujours présents en sélection avec des statuts divers, tandis que plus d’un tiers se sont éloignés des écrans radar.

Ils sont toujours leaders en équipe de France

Quatre artisans majeurs du sacre des Bleus le 15 juillet 2018 sont toujours des piliers de l’équipe de France. La colonne vertébrale championne du monde face à la Croatie (4-2) n’a pas été secouée malgré quelques absences régulières et un Euro 2021 pas forcément réussi par tous. À commencer par Hugo Lloris, pas autant décisif cet été qu’il y a trois ans mais toujours capitaine incontesté des Bleus, à 34 ans. Raphaël Varane a également été moins en vue dernièrement en sélection comme au Real Madrid mais demeure titulaire indiscutable. Pour Paul Pogba et Antoine Griezmann, l’heure pourrait aussi être au départ pour redonner un second souffle à leur carrière en club alors que leurs performances avec les Bleus ne sont pas remises en question, pas plus que leur statut de leader.

Ils se sont installés dans l'équipe-type

En raison d’un vivier limité à droite, notamment, Benjamin Pavard est aujourd’hui systématiquement aligné dans son couloir en équipe de France. Si le héros du quart de finale face à l’Argentine (4-3) n’est pas toujours irréprochable, ce qui fut marquant lors de cet Euro, il n’a pas encore trouvé de concurrent solide sur sa route. De l’autre côté, Lucas Hernandez est également confortablement installé malgré des blessures récurrentes et l’émergence à son poste de Ferland Mendy et de son frère Théo, sans oublier les performances remarquées de Lucas Digne. Son remplacement à la hâte par Adrien Rabiot restera une expérience sans doute sans lendemain. Enfin, Presnel Kimpembe a lui aussi émergé dans l’axe de la défense alors qu’il avait accumulé un faible temps de jeu en Russie, seulement 90 minutes face au Danemark. La prestation manquée de Lenglet face à la Suisse, le choix de Laporte de rejoindre l’Espagne ou le positionnement de Koundé plutôt à droite pour le moment en équipe de France n’ont pas de quoi inquiéter dans l'immédiat le Parisien de 25 ans.

Ils restent indéboulonnables

Deux joueurs importants présents en Russie disputaient également leur deuxième compétition internationale. Si Ngolo Kanté a légèrement perdu de sa superbe, sans doute émoussé par une saison interminable marquée par un sacre en Ligue des champions, il reste l’un des hommes forts de Deschamps et son entente avec Pogba n’est pas remise en cause. Devant, malgré ses performances critiquées, Kylian Mbappé représente toujours le présent et l’avenir des Bleus, après avoir déjà marqué son passé en éclaboussant de son talent le Mondial 2018.

Ils sont en embuscade

Pour ces trois-là, la donne n’a pas énormément changé en trois ans. Cantonnés la plupart du temps à un rôle de remplaçant lors de la dernière Coupe du monde, Corentin Tolisso, Thomas Lemar et Ousmane Dembélé l’ont souvent été au cours de cet Euro. Le Bavarois, encore perturbé par une série de blessures, s’est remis à temps pour retrouver les Bleus et se dispute une place de titulaire avec Adrien Rabot dans l’entrejeu. Dans un secteur de jeu fourni, le Colchonero part de plus loin mais reste un candidat à l’équipe de France, malgré son maigre temps de jeu ces dernières semaines (3 minutes contre le Portugal). Le cas Dembélé est plus complexe puisqu’il est amené à servir de joker de luxe, voire à débuter les rencontres selon le système, mais connaît également des pépins à répétition. Touché face à la Hongrie, il manquera plusieurs mois de compétition et le prochain rassemblement des Bleus en septembre.

Ils s'éloignent des Bleus

En raison de la déception immense et de la proximité avec le prochain grand rendez-vous, le Mondial qatari dans un an et demi, aucun Français n’a annoncé sa retraite internationale à l’issue de l’élimination des Bleus face à la Suisse dès les huitièmes de finale. Pourtant, il n’aurait pas été surprenant de voir Steve Mandanda, 36 ans, dont le poste de doublure est désormais menacé par Maignan, dire au revoir à la sélection treize ans après ses débuts. Et l’arrivée de Pau Lopez à l’OM pourrait réduire son temps de jeu. De son côté, Olivier Giroud a également vu l’arrivée d’un concurrent de poids, cette fois-ci en sélection. Le retour fracassant de Karim Benzema en Bleu, son âge (34 ans), et son faible temps de jeu en club ces dernières saisons ne plaident pas en sa faveur, même si son arrivée imminente à l’AC Milan pourrait lui permettre de pousser son aventure tricolore jusqu’en 2022.

Ils ont disparu de la circulation

Neuf joueurs parmi les vingt-trois champions du monde ne sont plus présents en équipe de France et leur chance de retrouver la sélection s’est réduite au néant ou presque pour la plupart d’entre eux. Les exemples les plus marquants sont Adil Rami (35 ans) et Blaise Matuidi (34 ans) qui ne jouent plus dans des championnats majeurs, respectivement à Boavista (Liga NOS) et à l’Inter Miami (MLS). Et l'ancien marseillais en est bien conscient en se montrant nostalgique ce jeudi. "Pour l'histoire, pour la vie, pour la France! Bon anniversaire!", écrit-il sur son compte Instagram. Florian Thauvin, parti aux Tigres (Mexique) pourrait également faire partie de ceux-là, mais la jurisprudence Gignac et sa volonté affichée de gagner à nouveau sa place en Bleu empêchent de le rayer définitivement des futures listes.

Alphone Areola (28 ans) et Nabil Fekir (27 ans) se sont également éloignées des projecteurs en rejoignant Fulham et le Betis Séville mais leur jeunesse relative pourrait à nouveau servir à Deschamps en cas de pépin ou, concernant le gardien, de retraite de Mandanda. Steven Nzonzi a été appelé en novembre dernier mais la concurrence dans le milieu défensif et ses 32 ans ne vont pas non plus à retrouver la sélection facilement.

Samuel Umtiti et Benjamin Mendy, lequel s'est empressé de poster un message rappelant la date anniversaire de ce jeudi, vont devoir rapidement retrouver une condition physique optimale, loin des infirmeries, pour espérer faire leur retour à Clairefontaine. Enfin, Djibril Sidibé n’a plus été non plus appelé depuis la Coupe du monde mais sa saison pleine à Monaco ainsi qu’une concurrence pas foudroyante au poste de latéral droit lui laisse encore espérer un avenir en sélection.

Et Deschamps dans tout cela ?

Malgré l’élimination précoce de l’équipe de France dans cet Euro, le premier gros échec de Didier Deschamps à la tête des Bleus, le sélectionneur restera jusqu’au Mondial 2022. Si ses choix ainsi que la préparation physique ont été critiqués pendant l’Euro, le président de la FFF Noël Le Graët a récemment annoncé le maintien du double champion du monde à la tête de l’équipe de France. "En aucun cas, de par son palmarès en premier lieu, il ne méritait de ne pas continuer", avait-il expliqué, affirmant qu’il n’y avait "pas de cassure ou de fin de cycle".

Jules Aublanc Journaliste RMC Sport