RMC Sport

Ligue 1: comment les coachs vont suivre les résultats du multiplex

La 37e journée de Ligue 1 va donner lieu à une intense bataille à distance pour le titre, pour l’Europe et pour le maintien. Les entraîneurs des clubs de l’élite ne donnent pas l’impression de vouloir suivre en direct les résultats de leurs concurrents directs.

Huis clos et épidémie de coronavirus oblige, les supporters des vingt clubs de Ligue 1 n’auront pas à se creuser la tête ou regarder toutes cinq minutes les scores des matchs de la 37e journée. Pour eux, c’est simple, il suffira de regarder le multiplex à la télévision ou de suivre le direct radio grâce à RMC.

Mais pour les entraîneurs la donne sera différente et ils pourraient être tentés de suivre les prestations de leurs concurrents depuis le bord du terrain. Pour cette avant-dernière journée de la saison 2021-2022, les dix affiches du championnat (oui, les dix!) auront de l’enjeu soit pour le titre, soit pour la course à l’Europe, soit dans la bataille pour le maintien.

Galtier suivra Lille depuis les tribunes mais pas le PSG

Au sommet du classement, Lille est maître de son destin. Avec deux victoires contre Saint-Etienne et Angers, les Dogues seront assurés du titre de champion de France. L’équipe entraînée par Christophe Galtier pourrait même être sacrée dès ce dimanche en fonction des résultats de la soirée. Mais pas question pour le technicien de suivre les scores de ses concurrents.

Suspendu, "Galette" aura déjà suffisamment à faire pour suivre la prestation de ses joueurs depuis les tribunes. Même si on n'est pas du tout obligé de le croire, le coach du club nordiste a confirmé qu’il n’aurait pas de téléphone pour garder un œil sur le résultat de Paris. Il lui faudra donc attendre la fin du match pour venir aux nouvelles.

Pochettino et Kovac concentrés sur Paris et Monaco

A l’image de Christophe Galtier, Mauricio Pochettino et Niko Kovac ont choisi de se concentrer sur leur match. Premiers poursuivants du LOSC, Paris et Monaco doivent à tout prix battre Reims et Rennes pour garder un espoir de titre. Pour l’Argentin, il n’y a qu’une seule priorité: les trois points.

"Nous sommes motivés, il n'y a pas besoin de motivation supplémentaire pour les joueurs ou le staff. Sur le fait de suivre le score de Lille, cela ne sera pas le cas, a lancé l’entraîneur argentin face à la presse. Nous serons concentrés sur notre match."

Même son de cloche pour l’entraîneur croate en Principauté: "Non je ne me tiendrai pas au courant de autres matchs, a estimé Niko Kovac. Je serai pleinement concentré sur notre match comme je l’avais été lors des dernières rencontres, notamment lorsque l’on jouait à 17h et nos adversaires à 15h. Cela ne nous aide pas forcément et l’important c’est d’être pleinement concentrés sur nous-mêmes et sur notre match. Si on gagne notre match, les autres peuvent faire ce qu’ils veulent."

Garcia et Genesio se tiendront informés

Evidemment, les sceptiques rappelleront volontiers que rien n’interdira à Christophe Galtier, Mauricio Pochettino et Niko Kovac de suivre l’évolution des scores de cette 37e journée de Ligue même s’ils prétendent le contraire. Du côté de Rudi Garcia et l’OL, toujours à la lutte pour le podium et un billet en Ligue des champions, on préfère être au courant.

"Connaître le score peut aussi permettre de gérer une fin de match, a souligné l’entraîneur rhodanien. On ne sera peut-être pas obligé de gagner pour passer devant. Mais nous devons gagner."

Lancé à l’assaut de la Ligue Europa et au cœur d’un beau duel à distance avec l’OM et Lens, Bruno Genesio prévoit aussi de prendre connaissances des performances de ses rivaux. Mais l'entraîneur de Rennes le fera uniquement en fin de match.

"Je ne regarderai pas à la mi-temps car je pense que c’est beaucoup trop tôt, a expliqué le technicien du club breton. En revanche, sur la fin de match je souhaite être informé de l’évolution des scores sur les autres stades. Cela peut avoir une influence sur notre façon de jouer suivant ce qu’il se passera à Marseille et à Bordeaux. A la mi-temps c’est trop tôt, et avant les dix dernières minutes cela sera aussi trop tôt."

Jean-Guy Lebreton