RMC Sport

Tout comprendre - la crise à l'OM

En difficulté sportivement, l'OM est aussi en pleine crise institutionnelle avec la mise à pied à titre conservatoire de son entraîneur André Villas-Boas, mais aussi avec la violente contestation de nombreux supporters survenue le 30 janvier au centre d'entraînement.

En moins d'une semaine, l'OM a sombré dans une immense crise. Samedi dernier, son match contre le Stade Rennais a dû être reporté après des incidents violents commis par des supporters devant le centre d'entraînement, mais aussi à l'intérieur. Puis ce mardi 2 février, à la surprise générale, l'entraîneur portugais André Villas-Boas a profité d'une conférence de presse pour critiquer la politique sportive du club et annoncer son souhait d'abandonner immédiatement ses fonctions. Sauf que la direction a décidé de le mettre à pied à titre conservatoire. Mais comment en est-on arrivé là?

Les résultats sportifs sont-ils à la source de la crise ?

Oui, mais pas seulement. Après plus d'une demi-saison, l'OM est aujourd'hui bien loin de ses objectifs. Le club, qui ambitionne de jouer les premiers rôles après avoir fini deuxième lors de la saison 2019-2020, n'est aujourd'hui que 9e du classement de la Ligue 1, avec deux matchs en retard. Il est notamment plombé par une série en cours de trois défaites, comprenant un indigent revers 2-1 face au dernier du championnat. Ce qui lui fait accuser un retard de 13 points sur le podium, dont les places sont qualificatives pour la Ligue des champions. D'ailleurs, à propos de la Coupe d'Europe, l'humiliation ultime a été évitée de peu. L'équipe phocéenne a conclu la phase de groupes avec cinq défaites et une petite victoire, alors que cela faisait sept ans que les supporters attendaient de revenir dans la prestigieuse compétition. Mais les résultats n'expliquent pas toute la crise.

Pourquoi Villas-Boas a-t-il claqué la porte?

À cause des mauvais résultats, André Villas-Boas avait récemment fait savoir qu'il était prêt à quitter le club avec effet immédiat si la direction le lui demandait. Mais ce ne sont pas les contre-performances qui l'ont poussé à présenter sa démission, alors que son contrat arrivait à échéance au mois de juin. Cela est en fait lié à un désaccord profond sur la politique menée par le nouveau directeur sportif Pablo Longoria. Ce dernier, malgré la désapprobation catégorique de l'entraîneur, a tout de même choisi de recruter en prêt le milieu de terrain français Olivier Ntcham lors de la dernière journée du marché des transferts. Un désaveu qui a convaincu le Portugais de s'en aller. Plusieurs éléments laissaient néanmoins présager d'une fin de collaboration prématurée: "AVB" était de plus en plus nerveux, semblait afficher un certain détachement vis-à-vis de son avenir, et s'était déjà montré hostile à certaines décisions de la direction prises par le président Jacques-Henri Eyraud (surtout le renvoi d'Andoni Zubizarreta au printemps 2020). De quoi attiser un peu plus la colère des supporters vis-à-vis du dirigeant français.

Pourquoi le président Eyraud est-il sous le feu des critiques?

Lorsque les 400 supporters sont allés exprimer leur colère devant le centre d'entraînement de l'OM, ce n'est pas seulement à cause des résultats sportifs, mais aussi parce que le courant ne passe plus du tout avec le président Jacques-Henri Eyraud. Catalogué par beaucoup comme un entrepreneur parisien peu sensible à la culture du football et de la ville de Marseille, le bras droit du propriétaire américain Frank McCourt s'est très vite retrouvé dans un bras de fer avec les très influents groupes de supporters qui n'apprécient pas ses méthodes, ni sa façon de communiquer. La rupture a été totale en début d'année, lorsqu'il a déploré la présence de trop nombreux amoureux de l'OM dans l'organigramme et les services administratifs du club. Pour ne rien arranger, il lui est reproché aussi des erreurs de gestion, dans un contexte financier très difficile pour le club.

Les joueurs sont-ils épargnés par les critiques?

Lors des incidents au centre d'entraînement, un supporter éminent admettait auprès de RMC Sport que le "principal visé" était Jacques-Henri Eyraud. Si les joueurs avaient été globalement épargnés des critiques les plus sévères, les mauvais résultats sportifs ont quelque peu changé la donne. Dans le viseur des supporters, notamment: Dimitri Payet. Pourtant adulé la saison passé, le meneur de jeu, très critiqué pour son hygiène de vie, est aujourd'hui à des années lumières de son meilleur niveau. "Heureusement qu'il n'est pas sorti, avait ainsi lâché un autre supporter lors des heurts. Il se serait fait violenter. On ne supporte plus les caprices de starlette de certains joueurs."

Et maintenant, quel avenir pour l'équipe et la direction?

L'Olympique de Marseille doit à présent trouver un nouvel entraîneur. Selon les informations de RMC Sport, la direction envisage de nommer un intérimaire pour boucler la saison, puis de se tourner vers un technicien de renom cet été. Cela pourrait-il être Maurizio Sarri, passé par Naples, Chelsea et la Juventus? Il est en tout cas apprécié.

Mais au-delà de cette problématique sportive, les regards sont aussi braqués sur Jacques-Henri Eyraud. Malgré la contestation, le président a fait savoir qu'il n'entendait pas démissionner. Et même si la pression s'accentue, il demeure l'homme de confiance du propriétaire Frank McCourt, qui l'a aidé à racheter le club en 2016.

Julien Absalon