RMC Sport

Manchester City: Guardiola s’agace sur sa disette en Ligue des champions

Pep Guardiola n’a pas apprécié d’être interrogé en conférence de presse sur son palmarès vierge de titre en Ligue des champions depuis dix ans.

On peut être seul au monde en Premier League, en passe de se qualifier pour les demies de la Ligue des champions, et potentiellement se rapprocher d’un nouveau quadruplé. Le tout en produisant l’un des plus beaux football en Europe. Et essuyer quand même des critiques après une défaite anecdotique (face à Leeds samedi). Confronté à son palmarès vierge de titre en Ligue des champions depuis 2010, Pep Guardiola n’a pas apprécié la remarque quelque peu provocatrice d’un journaliste à la veille du quart de finale retour de son club contre le Borussia Dortmund (mercredi à 21h, en direct sur RMC Sport).

"L’important, c’est que depuis dix ans, j’ai toujours été en quarts ou en demies de Ligue des champions, a répliqué Guardiola, sans doute un peu touché dans son amour propre. Peut-être qu’un jour je… nous pourrons la gagner. Je dois vous dire quelque chose, je n’ai pas gagné la Ligue des champions, nous l’avons gagnée. Je n’ai pas joué. J’ai tenté de faire en sorte que les joueurs le fassent. Je n’ai pas gagné la Ligue des champions avec Barcelone. Ils l’ont gagnée. J’étais là pour les faire jouer ensemble. C’est pareil aujourd’hui."

Guardiola: "Si je gagne, la rotation est bonne, si je ne gagne pas, elle est mauvaise"

Incapable d’atteindre le dernier carré de la C1 en quatre saisons avec les Citizens, Pep Guardiola a défendu son bilan et ironisé sur le traitement médiatique qui lui est réservé: "Si nous échouons, on dira que c’était mon échec. Si nous gagnons, on dira: qu’est-ce que Pep est doué. C’est comme la dernière question. Nous avons remporté 28 matchs d’affilée, et perdu le 29e. Ou 27 victoires puis une défaite le 28e match. Et j’ai fait des turnovers dans ces 27 matchs. Le premier match qu’on perd, avec de la rotation, vous me demandez pourquoi j’ai fait ces changements dans le 11. Si je gagne, la rotation est bonne. Si je ne gagne pas, elle est mauvaise. je dois prendre des décisions, et j’espère prendre les bonnes pour mettre les joueurs dans de bonnes conditions, et qu’ils puissent montrer leur qualité sur le terrain."

Quart-de-finaliste à trois reprises ces dernières saisons avec Manchester City, Pep Guardiola peut retrouver le dernier carré de la compétition pour la première fois depuis la saison 2015-2016. Une performance réalisée à l’époque avec le Bayern Munich, qui s’est toujours hissé en demies avec Guardiola à sa tête.

QM avec MD