RMC Sport

Manchester City: "L'un des moments les plus nerveux de ma vie", l'étonnante confession d'Haaland sur son penalty

Buteur à la 95e minute face à Fulham ce samedi pour son retour sur les terrains, Erling Haaland n'a pas caché sa joie après l'un des moments "les plus nerveux" de sa vie. C'est ce but qui a offert la victoire à Manchester City.

C'est ce qu'on appelle un retour gagnant. Sur le carreau lors des deux derniers matchs, Erling Haaland a repris sa routine en scorant son 18e but en douze matchs de Premier League sur un pénalty plutôt chanceux face à Fulham (2-1) ce samedi. Face à Bernd Leno, le buteur norvégien a d'ailleurs tremblé, le ballon s'engouffrant sous le ventre du gardien allemand.

"J'étais nerveux. Ce fut l'un des moments les plus nerveux de ma vie, mais fantastique. Un penalty à la dernière minute, bien sûr, je serais nerveux. Mais c'est un sentiment incroyable, a livré l'ancien du Borussia Dortmund au micro de Sky Sports, avant de savourer son retour. J'adore ça. J'ai été blessé pendant une semaine et c'est vraiment important de gagner. Je veux jouer tous les matchs. C'est difficile [d'être sur la touche] mais à la fin nous avons besoin de trois points et c'est ce que nous avons obtenu. Je suis si fatigué, mais si heureux."

Des statistiques ahurissantes

L'aventure chez les Citizens se résume à un début de saison de rêve pour Erling Haaland. S'il a manqué les matchs contre Leicester et le FC Séville, l'international norvégien culmine toutefois à 23 buts et trois passes décisives en 17 matchs toutes compétitions confondues. Des statistiques stratosphériques qui n'ont font pas pour autant le joueur le plus décisif d'Europe.

À ce jeu-là, c'est Rayan Philippe qui l'emporte. L'attaquant français (22 ans) du FC Swift Hesperange (Luxembourg) est impliqué sur 25 des 37 réalisations de son équipe (13 buts, 12 passes décisives en 10 matchs). "J’ai dû m’adapter et m’acclimater, nous a-t-il confié à RMC Sport. En plus, le club a connu beaucoup de changements la saison dernière, dans le staff et l’encadrement, ce qui n’aide pas forcément à gagner en régularité. Cette année, je connais le championnat, mes coéquipiers, on a un coach plein de bonne idées. Les résultats s’enchaînent et mes statistiques suivent le pas."

AS