RMC Sport

Equipe de France: la "blague" de Le Graët à Deschamps sur le nombre de milieux défensifs

Dans une interview au Figaro, le président de la FFF Noël Le Graët, candidat à sa propre succession, redit tout le bien qu'il pense du sélectionneur des Bleus Didier Deschamps. Et raconte qu'il a un jour tenté de le vanner sur son onze de départ.

On le sait depuis des années: le président de la FFF Noël Le Graët et le sélectionneur Didier Deschamps sont proches. Du moins les deux hommes se respectent, et ont pris l'habitude de se soutenir. A tel point que le patron de la Fédération s'est déjà permis de "vanner" le coach sur ses choix tactiques, comme il l'explique ce vendredi dans une interview au Figaro.

"Sommes-nous parfois en désaccord? Quand on parle de tactique, répond Le Graët. Il y a quelques années, je trouvais qu’il jouait avec trop de milieux défensifs. Un jour, il vient me voir et me montre l’équipe qu’il pense aligner pour le prochain match. Je regarde et je lui dis, un peu taquin: 'À mon avis, il manque un autre milieu défensif.' Et là, vous lui en parlerez, mais sur le coup, je ne l’ai pas vu sourire. Depuis, c’est une blague entre nous."

Didier Deschamps et Noël Le Graët
Didier Deschamps et Noël Le Graët © Icon Sport

Un coach étranger après Deschamps? "Même pas en rêve"

Le Graët, qui tentera de décrocher le 13 mars prochain un nouveau mandat à la tête de la FFF, renouvelle par la suite sa confiance à "DD", un technicien "toujours courtois" et un homme "très intelligent". "Son contrat court jusqu’au Qatar lors de la Coupe du monde 2022. Aujourd’hui, si je devais rester président de la FFF et si Didier veut continuer au-delà, bien entendu que je ne serais pas opposé à cette éventualité, affirme-t-il. Il effectue un tel travail avec les Bleus. Je ne suis pas certain qu’il envisage d’arrêter la sélection dans un avenir proche. Le poste lui va comme un gant, il est heureux."

Et après? Zinedine Zidane va-t-il lui succéder? Le Graët (s'il est encore président) va-t-il appeler un coach étranger? "Même pas en rêve, coupe-t-il. Impossible. Il y a assez de bons entraîneurs en France pour qu’on aille chercher un technicien hors de nos frontières. Moi, président de la FFF, cela ne se passera jamais de cette façon. Attention, je ne veux pas que cela soit pris de façon péjorative par rapport à la qualité des entraîneurs étrangers, mais nous formons à la fédération française des techniciens sans arrêt, il y a des bons entraîneurs en Ligue 1. Si Didier partait, si Zidane n’était pas libre, ce serait sûrement l’un des coachs actuels."

C.C.