RMC Sport

Euro 2021: Pavard, Rabiot, Benzema... ces Bleus ont déçu lors du match nul Hongrie-France

Si précieux mardi contre Allemagne (1-0), certains joueurs de l'équipe de France ont sacrément souffert ce samedi face à la Hongrie (1-1), pour le deuxième match des Bleus à l'Euro 2021. Même si Didier Deschamps a tenté de les défendre.

"La note de son match est sur son maillot: 2." La sentence, glissée avec le sourire par Jean-Michel Larqué sur le plateau de BFMTV, est implacable. Et peut-être un peu sévère même si Benjamin Pavard a souffert lors du nul concédé ce samedi par l’équipe de France face à la Hongrie (1-1) à l'Euro 2021.

A Munich, quatre jours plus tôt, le latéral du Bayern Munich s'était pourtant montré solide pour le succès inaugural des Bleus à l'Euro contre l'Allemagne (1-0). Mais à Budapest, dans un stade plein et sous une chaleur accablante, l'ancien Lillois a déçu. Comme Paul Pogba, Adrien Rabiot et Karim Benzema. Ces quatre-là, à leur manière, ont donné l'impression d'accuser le coup. En jouant à contretemps, en ratant des choses simples. Bref, en subissant parfois les événements.

Le but d'Attila Fiola avant la pause a symbolisé les difficultés de Pavard. En retard, au moins au temps que Raphaël Varane, il a laissé filer le piston gauche du MOL Fehervar, bourreau d'un Hugo Lloris impuissant.

"Pavard a toujours semblé être en retard, dans ses placements, ses interventions, ses décisions, appuie Emmanuel Petit, membre de la Dream Team RMC Sport. Il était fébrile et ça a déteint sur certains de ses partenaires. Je n’ai pas reconnu Varane par exemple dans ce match. On l'a vu dézoner en permanence parce qu’il a senti que ça n’allait pas sur le côté droit. Pavard s’est donné mais il a quasiment raté tout ce qu’il a voulu entreprendre". Même analyse pour l'ex-internationale française Sarah M'Barek, coach de la section féminine du RC Lens: "Il a pris un carton jaune d’entrée (à la 10e minute) et a fait beaucoup d’erreurs. Il a fait un match totalement à l’envers."

Pogba méconnaissable

En souffrance face à la vitesse de Fiola, bougé dans les duels et trop discret dans la moitié de terrain adverse, Pavard a tout de même reçu le soutien de Didier Deschamps en conférence de presse. "Est-ce qu'il a été en difficulté? C’est votre analyse. Il a été important dans la phase offensive et ce n’était pas pareil avec Antoine (Griezmann) ou Ousmane (Dembélé) devant lui. Il a tellement participé à la phase offensive que ça lui a coûté un peu plus de jus dans la phase défensive mais il maîtrisait quand même. Je n’ai pas senti de risques par rapport à son carton", a expliqué le sélectionneur français, qui n'a pas souhaité non plus accabler Pogba. Même s'il a été forcé de reconnaître que celui qui a mangé le milieu allemand mardi n'a pas vraiment eu le même rendement en Hongrie.

"Il a été royal sur le premier match et était un peu moins bien aujourd’hui. Il lui manquait peut-être un peu de jus. Adrien (Rabiot) a aussi fait beaucoup d'efforts. C'est pour ça qu'ils sont sortis, j'ai vu qu'ils étaient moins bien", a complété Deschamps, qui a notamment lancé Corentin Tolisso en seconde période.

Auteur d'une prestation magistrale contre la Mannschaft, Pogba n'a pas eu droit à la même liberté face aux Hongrois. Et ça s'est vu. Entre un déchet technique inhabituel, des transmissions mal assurées et une influence offensive limitée, son match n'a pas été à la hauteur de ce que Deschamps est en droit d'attendre de sa part.

Ce n'était pas le Pogba de Munich et ce n'était pas non plus le Rabiot que les supporters français ont appris à apprécier. Sa finesse technique et son intelligence de placement sont restées au vestiaire, laissant place à une certaine nonchalance, avec des fautes évitables, peu d'intensité dans ses courses et presque aucune prise de risque. Seul N'Golo Kanté a véritablement réussi à mettre de l'impact dans l'entrejeu. Même si lui aussi a été gêné par le bon pressing hongrois, il mérite la moyenne après cette rencontre, comme Kylian Mbappé, dangereux à défaut d'être efficace, et Antoine Griezmann, buteur.

Benzema attend toujours un but

Le bilan est plus décevant pour Benzema. Privé d'un but face à l'Allemagne pour un léger hors-jeu, le Madrilène n'a cette fois pas fait trembler les filets. Il en a pourtant eu l'occasion. Difficile de comprendre comment il a pu manquer le cadre à la 31e lorsque Mbappé est parvenu à le trouver dans la surface d'une délicieuse remise.

"Ce n’est pas une occasion compliquée, estime Jean-Michel Larqué. Il est seul face au but, le ballon rebondit, il n’a plus qu’à mettre le plat du pied. Il se trompe de surface et met l’extérieur. On ne doit jamais mettre l’extérieur du pied là-dessus. Un attaquant de son calibre doit au moins cadrer." "On juge les attaquants sur l'efficacité, insiste Emmanuel Petit. Le haut niveau, c'est l'efficacité permanente dans les deux surfaces. On l'a pris justement pour améliorer la liaison technique qu'il peut y avoir dans ce domaine et dans le compartiment technique qu'il peut y avoir avec d'autres joueurs. Cela s'est vu par intermittence en première période, mais je trouve qu'il a disparu en deuxième. Je garde en tête son énorme occasion, un joueur comme lui doit la mettre au fond."

Au-delà de ce gros raté, Benzema a également manqué une passe qui aurait pu être décisive pour Griezmann (36e) et s'est peu à peu éteint, jusqu'à son remplacement par Olivier Giroud (76e). "Il y a un petit problème qui n'est pas résolu. Oui, dans le jeu, Karim est bien. Mais à un moment donné, pour faire basculer un match, il faut que le buteur soit là et il n'est pas là depuis son retour. Il ne s'agissait pas des matchs les plus difficiles et il n'a pas encore marqué. Je ne dis pas qu'il faut enlever Benzema. Je dis que la question est sur la table et du côté du staff, on est en droit de se la poser. Heureusement d'ailleurs, personne n'est inamovible. Aujourd'hui, le problème est qu'il va falloir trouver pourquoi il est si performant avec le Real Madrid (30 buts en 46 matchs cette saison) et moins avec l'équipe de France", poursuit Jean-Michel Larqué.

Benzema sait ce qu'il lui reste à faire pour taire les quelques critiques qui commencent à se faire entendre : réussir une grande prestation mercredi face au Portugal (21h) pour permettre aux Bleus de rejoindre les huitièmes. Avec, si possible, la première place du groupe F.

https://twitter.com/rodolpheryo Rodolphe Ryo Journaliste RMC Sport