RMC Sport

Real: les chantiers de Perez après sa réélection

Florentino Perez a été réélu président du Real Madrid cette semaine après n’avoir eu à affronter aucun adversaire. Au pouvoir jusqu’en 2025, le président madrilène va pouvoir s’activer sur plusieurs chantiers d’envergures dans les prochains mois.

Revenu aux affaires en 2009, Florentino Perez n’a eu aucun mal à conserver la présidence du Real Madrid lors des élections anticipées ce lundi. Un timing qui interpelle à l’heure d’affronter Liverpool à Anfield ce mercredi (dès 21h sur RMC Sport 1) lors des quarts de finale de Ligue des champions (victoire 3-1 du Real à l’aller).

Sans aucun adversaire en face de lui, le patron du club merengue dispose désormais de quatre années supplémentaires pour insuffler une nouvelle dynamique au sein de la Maison Blanche.

Zidane conforté et parti pour durer?

Libre en juin 2022, Zinédine Zidane n’a toujours pas prolongé son contrat. Plutôt serein concernant son avenir, l’entraîneur français semble indissociable de Florentino Perez qui l’avait recruté en tant que joueur avant de lui confier les rênes de l’équipe première. Toujours en lice pour un doublé Liga-Ligue des champions cette saison, l’ancien meneur de jeu de l’équipe de France pourrait être le grand gagnant de cette réélection du président madrilène… et son premier chantier d’envergure.

Ces dernières semaines, le principal opposant à Florentino Perez, Enrique Riquelme avait promis que "Zidane ne serait pas son entraîneur". L’ambitieux homme d’affaires semblait notamment partisan d’une arrivée de Jürgen Klopp ou la promotion de Raul, coach de la réserve. Le nouveau mandat de Florentino Perez risque bien d’avoir renforcé la place de "Zizou" sur le banc du Real. A moins que le champion du monde 1998 ne décide de lui-même d’aller relever un nouveau défi. Lui dont le nom revient du côté de la Juventus ou même chez les Bleus pour l’après-Deschamps.

Perez rêve de nouveaux Galactiques avec Haaland et Mbappé

En attendant de savoir si Zinédine Zidane incarnera toujours le projet de Florentino Perez, le président du Real semble vouloir bâtir une invincible armada pour les années à venir. Le club madrilène dispose déjà de stars mondiales et de joueurs fantastiques avec Karim Benzema, Luka Modric, Toni Kroos ou encore Sergio Ramos et Marcelo. Mais les cinq piliers du champion d’Espagne en titre ont tous entre 31 et 35 ans. Supposé faire la jonction et remplacer Cristiano Ronaldo, Eden Hazard a lui aussi atteint la trentaine et fait face à de nombreux problèmes physiques depuis son arrivée en Liga.

Un effectif talentueux mais vieillissant qui pousse Florentino Perez à envisager un très gros recrutement dans les années à venir. Dès 2021 avec la potentielle arrivée de David Alaba, en fin de contrat avec le Bayern ou celle de Paul Pogba, souvent annoncé en fin de parcours à Manchester United. En 2022, surtout, puisque les noms d’Eduardo Camavinga et surtout de Kylian Mbappé et Erling Haaland sont régulièrement cités dans l’orbite du Real.

L’opération séduction a déjà bien commencé pour les deux internationaux tricolores avec moults compliments relayés à l’envi par la presse pro-Real. Pour le cyborg norvégien, les contacts ont même donné lieu à une rencontre avec le sulfureux agent Mino Raiola.

Reste toutefois à convaincre le Borussia Dortmund de lâcher son phénomène. Si Lionel Messi et CR7 n’ont jamais évolué ensemble en club, Florentino Perez rêve de former un duo Mbappé-Haaland et ainsi de s’offrir les deux superstars du futur. Reste aussi à savoir ce que le président décidera pour les joueurs en fin de contrat, en particulier Sergio Ramos, Luka Modric et Lucas Vazquez.

Stabiliser les finances

Histoire de financer les arrivées de joueurs de renom, Florentino Perez doit d’abord remettre de l’ordre dans les finances du Real Madrid. Point clé de sa réélection, l’homme d’affaires et PDG du groupe ACS, un géant de la construction en Espagne et dans le monde, a accepté d’apporter 124 millions d’euros soit 15% des dépenses prévues dans le budget du club cette saison.

Durement touché par les conséquences économiques de la crise sanitaire liée au coronavirus, malgré un bénéfice (0,3 million d’euros) sur l’exercice 2019-2020, le Real Madrid a vu su budget baisser d’environ deux cent millions d’euros pour la campagne 2020-2021.

Néanmoins obligé, comme tous les grands clubs, de réduire la voilure, le Real Madrid de Florentino Perez n’avait pas recruté lors du dernier mercato estival tout en récupérant près de 100 millions d’euros grâce à la vente de joueurs tels que Sergio Reguilon (vendu 30M€ à Tottenham) ou Achraf Hakimi (vendu 40M€ à l’Inter Milan).

Toujours dans un souci de faire des économies, Florentino Perez a demandé à tous les salariés du club de consentir à une baisse de 10% de leur salaire annuel afin de limiter la casse. Des efforts qui n’empêchent pas le Real d’accuser des pertes d’environ 70 millions d’euros selon les premières estimations de la campagne 2020-2021, mais la gestion du dirigeant a probablement évité bien pire.

Le chantier (littéralement) du nouveau Bernabeu

Là encore, Florentino Perez a eu le nez creux. Face au huis clos imposé aux clubs en raison de la crise sanitaire, le président madrilène a profité de sa maîtrise du secteur de la construction pour accélérer les travaux prévus au stade Santiago Bernabeu. N’en déplaise à Jürgen Klopp, la relocalisation des matchs de l’équipe merengue à Valdebebas s’apparente à coup de maître de la part de Florentino Perez.

Outre l’augmentation du nombre de loges VIP dans les tribunes, les travaux permettront aussi la construction d’un toit rétractable et d’une refonte du terrain en profondeur. Egalement rétractable, la nouvelle pelouse, pourrait alors être escamotée afin de favoriser l’organisation de concerts sans abîmer la surface de jeu…et ainsi apporter des recettes supplémentaires au Real Madrid.

La livraison du nouveau Bernabeu, elle, est prévue pour la fin de l’année 2022 voire début 2023 si le tout prend un peu de retard. Sur ce point-là, Florentino Perez ne devrait pas être capable de faire des merveilles. Quoique le connaissant, on pourrait presque s’attendre à une fin de travaux plus rapide que prévue.

>> Liverpoool-Real, c'est ce mercredi dès 21h sur RMC Sport 1

Jean-Guy Lebreton Journaliste RMC Sport