RMC Sport

OL: quatre années d'une aventure tumultueuse pour Marcelo

Marcelo pourrait rapidement voir son contrat avec l’OL être rompu par le club rhodanien en raison d'un comportement innaproprié dans le vestiaire. Une fin de parcours qui couronnerait quatre années pendant lesquelles le défenseur brésilien a alterné le bon et le très mauvais, quitte à être pris en grippe par ses propres supporters.

La fin du mois d’août s’annonce des plus bouillantes à Lyon. Corrigé ce samedi par Angers (3-0) lors de la deuxième journée de Ligue 1, l’équipe rhodanienne pourrait rapidement perdre l’un de ses habituels titulaires.

Selon les informations de RMC Sport, l’OL souhaite résilier le contrat de Marcelo. Auteur d’un but contre son camp face au SCO, le défenseur brésilien a également eu des attitudes peu professionnelles dans le vestiaire voire des mots après la rencontre à Raymond Kopa.

Proche de la sortie, après cette ultime bravade, le central de 34 ans risque de rapidement devoir chercher un nouveau défi. Une décision unanime concernant son départ existe au sein de l’OL, du staff technique aux dirigeants. Ce mardi, le club a confirmé la mise à l’écart du joueur et l’a envoyé s’entraîner avec l’équipe réserve.

>> Les infos du mercato sont à retrouver sur RMC Sport

Un match avec Besiktas pour séduire son monde

Difficile de croire que l’aventure de Marcelo va se terminer en eau de boudin tant elle avait si bien débuté quatre années plus tôt. L’histoire d’amour entre Marcelo et l’Olympique Lyonnais a commencé un soir d’avril 2017 lors des quarts de finale de Ligue Europa.

Aligné au cœur de la défense du Besiktas lors du match aller disputé au Groupama Stadium, le Brésilien avait marqué les esprits malgré la défaite de son équipe (2-1). Quelques semaines plus tard, lors du mercato estival, les Gones l’arrachaient à Istanbul moyennant un chèque de sept millions d’euros.

En débarquant en Ligue 1, le défenseur de 30 ans ne cachait pas ses ambitions: il voulait le brassard de capitaine et si possible être convoqué avec la Seleçao.

"Besiktas est un grand club turc. J'ai été très heureux là-bas mais l'OL est une belle opportunité pour mon futur. C'était important pour moi de venir à Lyon et en Ligue 1 pour avoir plus d'exposition et peut-être avoir une convocation en équipe nationale, avait expliqué le principal intéressé face à la presse. [...] Pour choisir son capitaine, Bruno (Genesio, alors entraîneur de l’OL) verra le caractère de chacun. Déjà, je vais faire de mon mieux pour aider l'équipe et ensuite, on verra."

Des débuts honorables avant une brouille avec les ultras

Dès sa première saison, Marcelo s’est installé parmi les tauliers de l’équipe rhodanienne. Les choses semblaient même bien se passer avec 49 matchs toutes compétitions confondues, cinq buts et une belle troisième place en championnat. Dès sa deuxième année au club, le Brésilien a enfilé occasionnellement le tant désiré brassard de capitaine et a conforté son statut de titulaire au côté de Jason Denayer. Encore une fois, l’OL a arraché le podium en L1. Mais une première joute verbale a opposé le défenseur aux supporters des Gones lors du sprint final en avril 2019.

Du côté des ultras, on lui a notamment reproché de ne pas respecter le club. Après cette altercation la situation s’est dégradée en quelques mois et notamment lors d’un déplacement européen à Lisbonne contre Benfica à l’automne. Marcelo avait failli en venir aux mains avec certains individus suite à des insultes avait même raconté le président Aulas.

Les tensions avaient atteint leur paroxysme en décembre de la même année, un soir de Ligue des champions de qualification face à Leipzig (2-2).

Le déploiement d'une banderole offensante à l'égard du défenseur, un "Marcelo dégage" accompagné du dessin d’un âne, qui avait mis Memphis Depay hors de lui et conduit joueurs et supporters à se faire face. Là encore, Marcelo n’avait pas été des plus sereins en adressant çà et là des doigts d’honneur en direction du virage nord où se trouvaient notamment certains membres virulents des Bad Gones.

Un retour en grâce avant le possible départ

Pris à partie par ses propres supporters, ou du moins une partie très actives dans les tribunes du Groupama Stadium, Marcelo a finalement su redresser la pente. Auteur d’une excellente deuxième partit de saison 2019-2020, le Brésilien est parvenu à enterré la hache de guerre avec les fans. Appliqué à l’entraînement et plutôt convaincant sur le pré.

En particulier lors de l’épopée européenne de l’OL en Ligue de champions. Costaud lors de la double confrontation face à la Juventus, le central avait aussi contribué au joli Final 8 des Lyonnais à Lisbonne. L’absence de public en raison des huis clos imposés par le coronavirus ont peut-être aussi joué un rôle pour apaiser les tensions.

Auteur d’un doublé lors du choc contre Saint-Etienne en janvier 2021, Marcelo a semblé parachever sa renaissance dans la capitale des Gaules. A tel point que malgré le départ attendu de Rudi Garcia en fin de campagne 2021-2022, l’OL a prolongé le défenseur jusqu’en juin 2023.

Mais voilà, l’arrivée de Peter Bosz et son envie de mettre en place un football de possession a mis en lumière les lacunes du joueur formé à Santos. Son manque de vitesse criant et sa prestation catastrophique face au SCO ont fragilisé sa position. Le "comportement inapproprié" de Marcelo, selon les mots du club, ont probablement condamné son parcours à l’OL.

Jean-Guy Lebreton Journaliste RMC Sport