RMC Sport
en direct

Ligue 1 en direct: La réponse terrible de Juninho à Garcia

Rudi Garcia et Juninho

Rudi Garcia et Juninho - AFP

La Ligue 1 a rendu son verdict après 38 journées haletantes: le Losc est champion, Lyon, pourtant champion d'automne, loupe la Ligue des champions et Nantes va jouer les barrages. Entre la parade à Lille, les annonces sur l'avenir de Galtier ou Mbappé, suivez tous les événements de la journée en direct.

Et c'est fini pour l'interview de Juni

Ca a été assez décoiffant, notamment pour Rudi Garcia, rhabillé pour l'hiver, un entraîneur "froid humainement", et qui "n'a pas de sentiments." Tout le monde en prend aussi pour son grade, Memphis ou les joueurs "trop égoïstes" de l'effectif actuel. Pas de piste sur le futur entraîneur, mais quel déballage!

Quel message pour les supporters?

"Je pense qu'on a plus de maturité. Les joueurs sont beaucoup plus ambitieux. Si on arrive à trouver cet équilibre, on a vraiment de la qualité, mais il nous manque du travail défensif, un peu plus de leadership sur le terrain. Je pense que les supporters doivent être tranquille apr rapport à ça. On va être encore meilleur, c'était l'apprentissage pour moi ce qui s'est passé les deux derniers jours. J'espère aussi que l'entraîneur qui arrive ça va bien se passer. Je dis merci aux supporters, on sait cette envie d'être champion. On va travailelr pour résussir. moi aussi, je vais me remettre en cause, je me pose des questions, même trop de questions. mais j'ai toujours été comme ça, ça va être difficile de me faire changer à 46 ans."

"On a pensé que Rudi était l'entraîneur idéal pour équilibrer le vestiaire"

On sent quelques regrets dans la voix de Juni quand même.

Sur le possible retour de Dembélé

"Si il revient de son prêt à l'Atlético, on l'accueille à bras ouvert. S'il ne revient pas, ça sera différent. Islam Slimani n'avait pas une bonne relation avec l'entraîneur. il nous apportera beaucoup."

Juni explique qu'il n'a pas joué au foot depuis 5 ans.

"Jai plus le plaisir, peut-être qu'un jour je vais le récupérer. Peut-être que j'étais trop exigeant. mais ça n'arrive pas seulement à moi. J'ai perdu toutes mes jambes, c'est normal, c'est le temps qui passe. Je vois tout par rapport au foot, mais j'ai perdu l'envie de jouer."

"Memphis il a fait son temps"

"Memphis il a fait son temps, le président a fait beaucoup d'efforts pour prolonger Memphis. Et pour remplacer Memphis, on a pas besoin d'un joueur dans l'axe mais on a besoin d'un ailier qui va vite et qui défend. Les supporters vont voir les dribbles et les passes, mais nous non, nous on voit l'attitude, d'autres choses."

Quel remplacement pour Memphis?

Oui, Memphis marquait et c'était un passeur décisif. mais le défaut de notre équipe, c'est qu'on va marquer des buts et avoir des occasions, mais le problème c'est comment on va mettre l'adversaire en difficulté dès qu'on perd le ballon. Memphis il voulait une équipe pour lui. C'est pas une critique, j'avais une bonne relation avec lui. Par contre il fallait que toute l'équipe tourne autour de lui, et ça c'est très dur. Car tout le monde doit avoir la sensation de travailler pareil. Il y a seulement 4 joueurs au monde où tu dois tout faire pour lui, Messi, Cristiano Ronaldo, si t'as un des deux, ça doit tourner autour d'eux. Neymar et Mbappé aussi. Désolé, je pense que Memphis est fort, mais pas au niveau de ces 4 là. Et je pense qu'il devait travailler plus sans le ballon, et du coup les autres ont commencé à faire moins aussi."

"On a un effectif egoïste"

Juni confirme l'arrivée de Da Silva. "Damien et Marcelo vont nous aider à former les jeunes. Damien, c'est pas un joueur égoïste, et nous on a un effectif égoïste, on sait que c'est comme ça. On veut des joueurs qui nous apportent cette culture de la gagner qu'on a perdu depuis longtemps et pas de l'égoïsme."

"Il faut arrêter de garder les joueurs qui ne sont pas contents d'être là"

"La Ligue 1 elle nous donne à manger, c'est elle qui doit nous emmener en champions league. On doit cibler la demi-finale de l'Europa League et viser la finale de Coupe de France." Juni fixe les objectifs.

Sur le futur

"Le recrutement, c'est un défi. Certains dossiers étaient presque bouclés à mon arrivée. j'ai mis la main sur Jean Lucas, Paqueta, Guimaraes, et Camillo. Amine (Gouiri) voulait jouer, mais il y avait beaucoup de concurrence. Peut-être qu'on a raté et qu'on va rater des choses. Aujourd'hui on a besoin de joueurs qui ont de la percussion balle au pied. Memphis, il arrivait plus à éliminer de sjoueurs à gauche que dans l'axe. On travaille sur l'effectif, on sait ce dont on a besoin. Et pour le prochain marché, on a ciblé des joueurs, mais c'est pas facile, la crise est mondiale. Les Anglais, vont contrôler le marché."

Les attaques deviennent personnelles

"Rudi, il a un manque total de confiance en lui et du coup il veut toujours montrer qu'il est beau, qu'il est costaud, s'il peut parler et se voir dans la télé, il est content. Il est vraiment froid, humainement, il a pas de sentiments pour les gens autour et si tu n'en as pas, tu as du mal à comprendre."

On attaque le cas Bruno Guimaraes

Et Juni attaque la façon dont Rudi a mis Bruno au placard. "Il en sait pas gérer. C'est vrai que je ne l'ai pas laisser choisir els joueurs au mercato, mais c'est mon boulot. Et ça je pense qu'il avait pas l'habitude de ça. Moi, je laisse la corde tirer et à un moment j'explose. Et c'est comme ça que ça s'est passé. Quand je posais une question, il me disais: "Je ne sais pas, je sais rien." Les gens me isent que j'ai pas l'expérience, mais les gens qui me disent n'ont pas été directeur sportif non plus. Mais je pense que la relation humaine est au coeur de tout."

Juni pointe aussi le manque de discipline

"Si les gens ne sont pas heureux, ne sont pas dans le projet, ça ne va pas marcher. et moi, je sentais que ma façon d'être avec les autres gênait Rudi, parce qu'il est droid Humainement."

Sur la sanction d'Aouar à Angers

"Houssem a compris une chose, moi, j'ai compris une autre. C'est mon droit de directeur sportif de prendre les décisions. J'ai aprlé avec le président. Ca ne pénalisait pas le sportif, nos milieux avaient tous le même niveau et ça allait aider Houssem pour garder la tête froide. La pire des choses c'est des traitements différents."

"J'ai le droit de poser les questions!"

On voit que la relation avec Garcia était complètement délétère. "Des joueurs comme Diomandé, il ne faut pas les critiquer, il faut leur apprendre, sinon ils vont perdre confiance. Pareil avec Tino Kadewere..."

Jean Lucas "le début des embrouilles"

Juni raconte un problème entre le père de Jean Lucas et Rudi Garcia. "Mais il ne faut pas prendre les choses personnellement. Jean Lucas avait des stats meilleures que les autres milieux de terrain. Je lui disais de donner une opportunité avec les meilleurs et après on verra."

Juninho protège plus les sud-américains?

"Non, tout le problème que j'ai eu avec Rudi c'était qu'il avait des différences de traitement, il était fort avec les plus faibles, et faibles avec les plus forts."

Sur les attaques de Garcia

"Je suis surpris. Ca donnait l'impressiond 'avoir été préparé avant. Je savais qu'il allait faire quelque chose, ca fait partie de son caractère. Non, je n'ai pas l'impression d'avoir été trahi, je connaissais son caractère. on est trahi apr ses vrais amis. Ce n'était pas quelqu'un que j'appréciais beaucoup comme personne."

La déception est toujours aussi grande

"On a perdu, ça a été dur à avaler. Mais est-ce qu'on a mtérité d'être en champions league? Je suis pas sûr qu'on mérite plus que les trois devant nous."

C'est parti pour OL live System avec Juninho

Une émission exceptionnelle, annonce le présentateur Barth Ruzza.

Jean-Michel Aulas et les joueurs brésiliens avaient défendu Juni hier

Le président lyonnais et les joueurs brésiliens mis en cause par Rudi Garcia se sont lâchés sur les réseaux sociaux pendant le passage de Garcia sur RMC et après la publication de l'interview dans l'Equipe.

La réponse de Juninho à Garcia

Après les annonces fracassantes de Rudi Garcia, accusant Juninho d'avoir "tiré des coups francs contre son camp", c'est au tour du directeur sportif de l'Ol de se défendre face au désormais ex coach lyonnais. Et il le fait à partir de 18h sur OL TV.

Xeka: "Burak (Yilmaz) appelle le but"

Xeka était l'invité de Top of the foot

"On joue comme on s'entraîne, parfois. Tout le monde a été important à différents moments de la saison, tout au long de la saison. C'est une grosse qualité du groupe, une vraie réussite du staff d'avoir réussi à garder tout le monde motivé. Burak, c'est simple, le but arrive quand il est sur le terrain. Il appelle le but."

José Fonte évoque son avenir

José Fonte, en fin de contrat, est l'invité de Top of the foot

"Il y a des discussions, le président a parlé avec mes représentants. J'ai envie de continuer, j'ai une très bonne relation avec les supporters, je sens que tout le monde me respecte. Si je conserve mon niveau, j'ai envie de continuer. L'objectif et l'envie d'être champion ont toujours été présentes. Si l'offre est intéressante, je resterai à Lille. Je n'ai pas encore reçu l'offre."

Xeka revient sur son engueulade avec Galtier

Xeka est l'invité de Top of the foot

"Il y a des embrouilles partout, ce qui compte c'est la façon dont on les règle. Le problème, c'est toujours le même, on veut toujours plus de temps de jeu. Je me suis toujours donné à 100%, cette envie de donner le meilleur nous amène à parler au coach. Mais cela n'a eu aucun impact sur le groupe. Je suis la même personne depuis le début, tout le monde sait qu'il peut compter sur moi."

Xeka (Top of the foot): "Un groupe incroyable"

Xeka est l'invité de Top of the foot

"C'était un peu inexplicable. On y croyait mais uand l'arbitre a sifflé c'était de la joie mais cela semblait irréel, il y avait beaucoup à assimiler. On voulait fêter avec tout le monde, ce qu'on fait encore aujourd'hui. Nous avons un groupe incroyable, qui a cette capacité, malgré les différences, à être tous ensemble sur le terrain. Comme Benjamin l'a dit, il y a beaucoup de nationalités différentes, mais ce sont tous de bons mecs, sérieux, professionnels. C'est le plus important."

Les joueurs se verraient bien continuer avec Christophe Galtier

Benjamin André et Jérémy Pied  sont dans Top of the foot

Benjamin André: "Ce n'est pas un sorcier, c'est un Marseillais (rires). Il a ce tempérament, il sait mener sa barque, il sait mobiliser tout le monde, arriver à tirer le meilleur de chacun d'entre nous, que tu joues, que tu joues moins. Il arrive à concerner tout le monde. C'est le plus difficile, d'intervenir sur la psychologie. Il arrive à concerner tout un groupe de 25 joueurs. On va discuter avec lui, c'est sa décision, ça lui appartient. Quand tu gagnes dans un club, s'il faut partir, c'est peut-être le bon moment, mais on est très heureux avec lui, on bosse très bien, c'est un plaisir. Je n'ai pas sa décision. Les deux années qu'on a passées ensemble ont été fantastiques. Quelle que soit sa décision, je lui souhaite le meilleur."

Jérémy Pied: "Je le connais depuis longtemps, c'est lui qui me fait venir. C'est notre guide. Pour moi, c'est le meilleur, l'un des meilleurs dans ce domaine. Ce qui lui permet d'avoir l'écoute du groupe. Il est bien entouré, que ce soit le staff technique, médical, les analystes. On en parle un peu moins, mais c'est exceptionnel, et mélangé à la qualité du coach, ça fonctionne bien, l'alchimie est bonne. Depuis que je suis au Losc, on a fait que des bons résultats, j'ai envie que ça continue. Ce serait un réel plaisir de continuer avec lui. C'est son choix."

Fonte a été "motivé" par les propos de Mbappé

José Fonte et Benjamin André sont les invités de Top of the foot

José Fonte: "C'est une saison exceptionnelle. Je crois que je peux dire que c'est comparable à l'émotion du titre à l'Euro avec le Portugal, parce que tu as joué contre un grand PSG, des belles équipes de Lyon et Monaco. On a battu tout le monde. C'est exceptionnel. (Sur la déclaration de Mbappé: "C'est nous qui avons perdu le championnat") J'ai fait un screenshot (capture d'écran depuis son portable). Ce n'est pas la vérité. On a été plus consistants, on a été les meilleurs. Nous sommes les meilleurs cette année. La déclaration de Mbappé m'a motivé personnellement."

José Fonte sur RMC
José Fonte sur RMC © RMC SPORT

Benjamin André: "Il s'est laissé dépasser, il est d'ailleurs revenu sur ces propos. T'es obligé d'être piqué, c'est pas plus mal. On n'a pas les individualités de Paris, c'est vraiment la victoire d'un groupe. Il pense ce qu'il veut, on a rien volé à personne."

Les Lillois racontent les tensions dans le vestiaire

Benjamin André et Jérémy Pied  sont dans Top of the foot

Benjamin André: "C'est dans chaque équipe, chaque saison. Il y a toujours des grosses embrouilles. De l'extérieur, on pense que tout le monde est copain, c'est impossible. Il y a toujours des affinités, des nationalités différentes, mais le truc, c'est qu'on avait un but commun. Dans le foot, le plus important ce'st de gagner, ce qui reste, c'est ton palmarès. Quand tu peux gagner un titre, c'est plus facile de fédérer tout le monde. Il n'y a pas un mauvais mec dans ce groupe. Tu marmonnes parce que tu n'es pas content de sortir. Le mec qui est content de sortir, ce n'est pas normal."

Jérémy Pied: "Et puis ce n'est rien, avant de monter dans le bus, c'est réglé ce genre d'histoire."

Les joueurs expliquent la gestion des deux derniers matches, dont le nul à Saint-Etienne

Benjamin André et Jérémy Pied sont dans Top of the foot

Benjamin André: "On commence le match (contre Saint-Etienne, 0-0), on ne sait pas comment on va faire. On veut absolument gagner, et on oublie qu'il ne faut pas perdre, on ne se rend pas compte que ce 0-0 est hyper important. Si on avait pu faire six points, on aurait fait six points. Les planètes étaient alignées, tu fais nul et tu sais que contre Angers il faut gagner?. Au moins il n'y avait pas question. C'était victoire, victoire, victoire."

Jérémy Pied: "Il nous faut quatre points mais si tu gagnes contre Saint-Etienne, comment tu vas à Angers ?"

André et Pied reviennent sur le discours musclé de ce dernier

Benjamin André et Jérémy Pied sont les invités de Top of the foot

Benjamin André: "Je pense que l'effectif a été construit par rapport à ça. L'année dernière, quand Luis Campos m'a fait venir c'était aussi dans cette optique, on avait une certaine expérience de club et de la Ligue 1. Jérémy connait ce genre de match, il sait sur quoi appuyer. Comme on le disait avant que l'émission commence, chacun joue son rôle."

Jérémy Pied: "Le discours a été naturel. Je ne suis pas quelqu'un qui est trop dans la lumière pour dire ce genre de choses. Je ne savais pas que c'était enregistré. C'est venu naturellement. J'ai senti dans la journée que c'est un match qui devenait de moins en moins normal. J'ai essayé de dédramatiser l'événement. Il y a la répartition des tâches. Burak prend la parole de temps en temps pour exprimer ce qu'il ressent et j'essaye moi aussi d'accompagner. J'ai pris plaisir tout au long de l'année à aider mes coéquipiers, ça nous a aidé à passer des matches difficiles."

Galtier sur RMC: "Je suis sollicité, il n'y a pas que deux intérêts"

Christophe Galtier (entraîneur du LOSC) est l'invité de Top of the foot

"On en a parlé ce matin et hier, on est dans une période où on va célébrer, avec tout le monde. On va profiter de ces derniers instants. Il est prévu que l'on se voit en fin de journée ou demain. Je n'ai pas pris ma décision. J'ai été sollicité, je suis sollicité. Non, je n'ai pas pris ma décision. Il n'y a pas que deux intérêts (Lyon et Nice), le Napoli aussi, entre autres. Je ne les ai pas recalés (les dirigeants de Naples). J'aime bien la France. On a eu une discussion il y a deux mois avec le président, on a échangé sur la suite. On a parlé de l'avenir. Ces derniers temps, il n'y a plus eu de sujets de conversation sur l'avenir. Je pense qu'on se verra en fin de journée. Tout est possible, je suis sous contrat avec Lille. Ma décision n'est pas pris, on va échanger, discuter, on verra."

Christophe Galtier (Top of the foot): "Maignan, un monstre de travail"

"On met toujours en avant le collectif. La colonne vertébrale évidémment, Mike Maignan c'est un monstre de travail, un gardien de très haut nivau. Il peut renvoyer l'image d'une personne qui pourrait manquer d'humilité, mais c'est l'opposé de ça. Quand on est ambitieux on pense toujours qu'on est prétentieux. Il a progressé d'une manière incroyable. C'est son travail, son investissement. Il est un des cadres importants de cette équipe, associé à Jose Fonte, Benjamin André. Ces joueurs-là sont des joueurs charnières, avec lesquels vous avez des échanges particuliers. Je les voyais parfois en tête à tête pour faire passer des messages."

Comment les joueurs ont vécu le changement de direction

Christophe Galtier (entraîneur du Losc), dans Top of the foot

"Il y a eu avant le changement de direction une période de transition. C'est dans cette période où les joueurs, qui sont des garçons très intelligents, ont vu que quelque chose se passait, et qu'on pouvait être isolés. C'est à ce moment-là qu'on a créé des liens forts. Il y a eu des conflits incroyables entre joueurs et staff mais c'est toujours resté dans le respect."

Létang et Galtier reviennent sur la période où le club était à deux doigts de la cessation de paiement

Christophe Galtier (entraîneur) et Olivier Létang (président) sont les invités de Top of the foot

Galtier: "Peur ? Non, parce que la président a été très clair sur ce qui n'allait pas se passer dans l'effectif."

Létang: "On est dans un moment de célébration, pas de polémique. Je n'aurais pas accepté d'être président s'il fallait dépecer. J'ai une obsession que je partage avec Christophe, c'est de gagner. Je l'ai dit publiquement, le club se serait retrouvé en cessation de paiement, j'en profite pour remercier les actionnaires qui ont accepté d'injecter de l'argent. Quand on est dirigeant, on a une responsabilité. L'objectif premier, c'est la qualification. On a eu des sollicitations pour un certain nombre de jouerus, mais ça aurait été un mauvais calcul de vendre des joueurs à court terme, ça nous a donné raison de dire on garde une équipe compétitive sans penser à ce moment-là qu'on va détrôner le Paris Saint-Germain. L'idée c'était de maintenir la dynamique et de se donner un maximum de chances."

Toujours autant de ferveur à Lille

Christophe Galtier parle du moment qui a tout changé (Top of the foot)

"Il y a eu un tournant, c'est notre victoire à Montpellier, ça correspond à l'arrivée d'Olivier à la tête du club, à la suite d'une longue série de matches. J'ai eu un moment de doutes quand on perd contre Nîmes à domicile. Je me dis que cette défaite va nous empêcher d'être dans les trois pour la Ligue des champions. J'ai une causerie très tôt dans la journée avant le match à Paris, je sens que les joueurs sont là et vont répondre présents. Cette victoire là me donne beaucoup d'espoirs et crée une forte impulsion."

Emission spéciale sur RMC après le titre du LOSC
Emission spéciale sur RMC après le titre du LOSC © RMC

Christophe Galtier, quand il a réalisé qu'il était champion (Top of the foot)

"Ce matin, en me levant. On est rentré très tard. J'ai réalisé, et la première des choses que j'ai dites à mon épouse, qui affichait un immense sourire, c'est: "on est champions de France". Quand on allume son téléphone, on est inondé de message, et là on réalise l'exploit."

Galtier entretient le flou sur son avenir

Interrogé tout à l'heure, après la remise du trophée, Christophe Galtier a laissé planer le doute sur son avenir face aux médias présents. "Rien n'est fait", a affirmé le coach du Losc, qui va s'exprimer dans Top of the foot sur RMC dans quelques instants.

Olivier Létang (président du LOSC), dans Top of the foot

"On a très peu dormi cette nuit, on a tenu malgré tout à célébrer ce titre aujourd'hui. On va partager avec toute notre communauté aujourd'hui."

Les Lillois profitent de la fête

Le bus continue sa parade

Les Lillois avancent lentement au milieu de leurs supporters massés autour du bus à impériale. Chants, écharpes, fumigènes, pogos, les fans nordistes mettent une ambiance phénomènale dans les rues.

Di Meco tire son chapeau aux Lillois

Ikoné et Renato Sanches savourent

Galtier profite de la fête

Le coach du Losc, particulièrement acclamé, savoure ces moments de bonheur. Accoudé au bus à impériale, il salue la foule déchaînée. Avec un grand sourire aux lèvres.

La communion est exceptionnelle

Le bus à impériale du Losc continue d'avancer au milieu de milliers de supporters déchaînés. Ravis, les partenaires de Burak Yilmaz porfitent de ces moments historiques. Dans une liesse incroyable.

Maignan brandit le trophée devant les supporters en feu

Mike Maignan harrangue les fans en soulevant le trophée de champion de France. L'ambiance est énorme. Certains supporters en profitent pour scander quelques chants anti-parisiens.

Maignan champion Lille
Maignan champion Lille © BFMTV

Le bus des Lillois fend la foule

La communion démarre dans la liesse

Les joueurs du Losc sont bouillants pour le début de leur défilé. Jonathan Ikoné retransmet également les images en live sur les réseaux.

Défilé Losc champion
Défilé Losc champion © BFMTV

Les supporters du Losc fous de joie

Le bus à impérial des joueurs est parti !

Les joueurs du Losc ont entamé leur défilé sur un bus à impérial. Timothy Weah diffuse les images en direct sur son compte Instagram.

Weah champion bus Lille
Weah champion bus Lille © BFMTV

Un peu de retard sur le programme

Les joueurs de Lille auraient dû entamer leur défilé à 16h30. Mais il sont toujours attendus par leurs supporters dans les rues du centre-ville. Les champions de France ne devraient plus tarder. Ce retard pourrait être dû au changement de météo et à la possibilité de maintenir les festivités à bord d'un bus à impériale.

La météo s'améliore à Lille

Le soleil repointe le bout de ses rayons dans le Nord. La pluie est passée. La fête va pouvoir avoir lieu sous un ciel plus clément qu'il y a quelques heures.

Un car ou un bus à impériale ?

Les Lillois vont-ils fendre la foule à bord d'un car classique ou d'un bus à impériale? C'est toujours le plus grand flou concernant cette question, qui intéresse au plus haut point les supporters du Losc. Le club nordiste assure que la fête va être à la hauteur de l'événement.

Le bus des Lillois vient de partir

Moscato se réjouit du sacre des Lillois

Un car classique pour le défilé du Losc?

Les joueurs de Christophe Galtier pourraient défiler dans les rues du centre-ville à bord d'un car classique et pas forcément d'un bus à impériale. Une décision peut-être motivée par la pluie qui tombe aujourd'hui à Lille.

Les joueurs lillois attendus dans la liesse

Martine Aubry affiche son émotion

La maire de Lille est ravie de voir l'équipe de sa ville sur le toit du foot français.

L'ambiance monte dans le centre-ville

La foule continue de grossir aux abors du parcours où le bus à impériale des Lillois va défiler d'ici une vingtaine de minutes.

La communauté turque de Lille aux anges

Parmi les supporters de Lille sortis dans les rues, plusieurs sont d'origine turque. Et ils savourent la fabuleuse saison de Burak Yilmaz, Yusuf Yazici et Zeki Çelik, les trois internationaux turcs du Losc.

La pluie s'invite à la fête

Le temps est capricipeux aujourd'hui à Lille. La pluie accompagne les festivités du Losc.

Les supporters se chauffent dans les rues

En attendant d'apercevoir les joueurs sur leur bus à impériale qui va sillonner le centre-ville, les supporters de Lille font monter l'ambiance dans les rues.

Kimpembe félicite le Losc

Presnel Kimpembe, le défenseur du PSG, salue le sacre des Lillois.

Les joueurs font durer le plaisir sur le podium

Les Lillois ne veulent plus quitter l'estrade. Au terme d'une saison sensationnelle, où ils ont terminé avec un point d'avance sur le PSG, ils ne boudent pas leur plaisir.

Des milliers de supporters attendent le défilé des joueurs

Les champions de France vont défiler dans les rues de Lille à bord d'un bus à impériale. Sur un parcours de 3km. Il y a déjà énormément de monde dans les rues.

Tous les joueurs embrassent le trophée

Jonathan Ikoné, Mike Maignan, Renato Sanches... tous les joueurs de Lille défilent pour brandir le trophée dans le ciel de Lille. Tout le monde saute, chante, se congratule. La communion est magnifique dans le Nord.

Le capitaine Fonte lève le trophée !

Ça y est, les Lillois ont reçu leur trophée. Le capitaine José Fonte le soulève en hurlant au milieu de ses partenaires. La foule rassemblée à Luchin exulte. C'est la quatrième fois que le Losc est sacré champion de France.

Losc champion
Losc champion © BFMTV

La remise du trophée du Losc en direct sur BFMTV

Soumaré fait monter l'ambiance

Boubakary Soumaré débarque tout sourire au milieu de la foule. Le milieu de terrain lillois lève les bras pour demander aux supporters de faire plus de bruit. Et ils ne se font pas prier, évidemment.

Yilmaz acclamé par la foule

Burak Yilmaz vient rejoindre ses partenaires sur le podium. Sous une énorme ovation. L'attaquant turc est l'un des grands artisans de ce titre du Losc.

Les Lillois reçoivent leur trophée de champion

Christophe Galtier et les joueurs du Losc sont en train de recevoir leur trophée de champion de Ligue 1 sur une estrade dressée dans le centre-ville de Lille. Des milliers de supporters affluent pour les acclamer. La fête s'annonce exceptionnelle.

Losc
Losc © BFMTV

La nouvelle pique de Domenech à Longoria

Sur son compte Twitter ce lundi matin, Raymond Domenech a tenu à adresser ses félicitations à l'OM et au LOSC. L'occasion pour l'ancien entraîneur du FC Nantes d'applaudir la performance de Christophe Galtier, champion de France avec Lille mais qui n'a pas "de concept concret de jeu". Une nouvelle pique de la part du président de l'Unecatef, adressée au président de l'OM Pablo Longoria, pour ces critiques sur les coachs français.

7 interpellations à Lille après les festivités

En parallèle des célébrations du titre de champion de France ce dimanche à Lille, sept personnes ont été interpellées par les forces de l'ordre, a annoncé ce lundi la Préfecture du Nord. Des centaines de supporters s'étaient rendus sur la Grand'Place pour communier après le sacre du LOSC.

Larsonneur avait prévu son coup

En conférence de presse d'après-match, Gautier Larsonneur a admis avoir prévu son coup en cas de pénalty de Neymar. Le portier du Stade Brestois a réussi à déstabiliser son adversaire, qui a raté sa tentative lors de cette dernière journée de Ligue 1. Un fait rare pour le Brésilien.

Létang veut garder "une équipe compétitive"

Président du LOSC, champion de France ce dimanche pour la quatrième fois de son histoire, Olivier Létang est passsé ce lundi matin sur les antennes de RMC. L'occasion pour celui qui a été nommé en décembre dernier, de partager sa joie mais aussi de donner quelques indications pour la suite, notamment concernant la politique sportive à venir et l'avenir de Christophe Galtier.

Gérard Lopez savoure "la revanche" du LOSC

Président du LOSC jusqu'en décembre avant le rachat du club, Gérard Lopez a savouré aussi le titre de son ancienne équipe dimanche, à distance. L'homme d'affaires, dans un entretien à L'Equipe, évoque une "revanche" pour le Lille de Christophe Galtier, qui a eu le sentiment d'être floué la saison dernière par l'arrêt prématuré du championnat.

Ursea s'en va

Dans la foulée de la victoire du Gym à Lyon ce dimanche soir (3-2), l’OGC Nice annonce le départ de son entraîneur Adrian Ursea, six mois après sa nomination.

Le message de Payet en vue du mercato

Après la qualification du club olympien pour la Ligue Europa dimanche, Dimitri Payet a assuré qu’il sera encore à Marseille l’an prochain. Il a également fixé l’objectif de la future saison: se qualifier pour la Ligue des champions et terminer plus haut au classement. Pour cela, le Réunionnais a confirmé que l’OM allait devoir recruter.

Record de buts pour la saison

Avec 1049 buts inscrits cette saison, l’exercice 2020-2021 de Ligue 1 devient le plus prolifique en France depuis la saison 1982-1983 (1090 réalisations).

Le conseil de Courbis à Mbappé

Au lendemain de la dernière journée de Ligue 1 et du sacre de Lille, Rolland Courbis a fait un premier bilan de la saison. Il a salué la performance du LOSC et s’est aussi attardé sur l’avenir de Kylian Mbappé, en fin de contrat en 2022 et qui n'a pas encore prolongé. Il a conseillé à l’attaquant de rester PSG pendant encore deux saisons, jusqu’à la Coupe du monde au Qatar.

Raymond Domenech a refait son tweet

Même message à Pablo Longoria, mais bonnes initiales pour Christophe Galtier.

La critique bizarre de Domenech

On savait Raymond Domenech à la pointe du combat contre Pablo Longoria, qui a touché l'égo du patron du syndicat des entraîneurs français après ses récentes déclarations dans la presse espagnole. Mais la pique de l'ancien sélectionneur des Bleus à l'OM en ce lendemain de titre lillois est d'autant plus étrange qu'elle tombe aussi le jour où son ancien club, Nantes, va jouer son avenir dans l'élite sur un match, et il faudra gagner, ce que Domenech n'a jamais su faire avec Nantes. On passera aussi pudiquement sur la confusion entre Christophe Galtier et Fabien Galthié, après tout, les plus grands comme Cyril Hanouna ont fait la même.

Bonjour et bienvenue à tous.

Euphorie à Lille, où le titre est célébrée depuis dimanche soir et où le trophée va être décerné dans laprès-midi. Soupe à la grimace à Lyon, qui laisse échapper une qualification en Ligue des champions qui lui tendait les bras. Et peur à Nantes, qui va se retrouver à jouer les barrages contre Toulouse après une défaite finale face à Montpellier.

https://twitter.com/pierrekoetschet Pierre Koetschet Journaliste RMC Sport