RMC Sport

La qualif pour la Coupe du monde, le retour au Parc... les enjeux de France-Kazakhstan

Les Bleus accueillent le Kazakhstan ce samedi (20h45), au Parc des Princes, pour ce qui s’apparente comme une formalité: gagner pour décrocher sa qualification pour la Coupe du monde 2022 au Qatar.

L’équipe de France n’a pas seulement une qualification pour la Coupe du monde à assurer ce samedi soir au Parc des Princes face au Kazakhstan (20h45). Les Bleus présentent notamment des enjeux individuels et collectifs, à un an du début des hostilités au Qatar. Cette soirée sera aussi l'occasion de retrouver le Parc des Princes et de se souvenir du 13 novembre 2015.

Valider la qualification

L’équation est assez simple pour les hommes de Didier Deschamps: s’ils battent le Kazakhstan, ils seront officiellement qualifiés pour la Coupe du monde 2022 et rejoindront les premiers soulagés (Allemagne, Brésil, Danemark, Qatar). En tête de leur groupe D avec trois points d’avance et un match de moins que l’Ukraine, les Bleus ne pourraient plus être rattrapés. La victoire est fortement conseillée aux Bleus, puisque la Finlande est revenue à un petit point en s'imposant en Bosnie-Herzégovine ce samedi après-midi (3-1), avant de recevoir les Bleus mardi.

Tester une défense inédite

En l’absence de Varane et de Kimpembe, les champions du monde devront s’appuyer sur une charnière centrale inédite. Une défense à trois devrait être reconduite avec Koundé à droite, Upamecano dans l’axe et Lucas Hernandez à gauche. Pour sa cinquième sélection seulement, l’ancien de Leipzig sera particulièrement scruté en raison de son inexpérience internationale mais surtout de ses performances passées avec l’équipe de France, pas toujours rassurantes.

L’autre poste à surveiller en particulier pourrait être bien plus sollicité. Si Théo Hernandez devrait conserver sa place de piston gauche, ce n’est pas Pavard qui prendra forcément le couloir opposé, selon les dernières indiscrétions. Coman pourrait ainsi débuter en tant que piston droit, pour ce qui serait une grande première pour lui.

Interrogé sur cette possibilité en conférence de presse, Deschamps a confirmé la tendance, que cela soit "au départ ou en cours de match": "Kingsley Coman est une option mais ce n'est pas valable que sur ce match-là. Il y a beaucoup d’équipes nationales qui évoluent dans ce système avec des options dans les couloirs plus ou moins offensives."

Briller offensivement, sans Pogba

La relation technique entre Karim Benzema et Kylian Mbappé, aperçue lors du Final Four de la Ligue des Nations, a dessiné de belles promesses. Face à une équipe a priori bien plus faible que la Belgique et l’Espagne, mais sans doute beaucoup plus regroupée, le duo d’attaquants devra profiter du moindre espace pour confirmer l’entente affichée sur ces deux matchs le mois dernier.

Derrière la paire d’avants-centres, un homme a également beaucoup à prouver en raison de performances beaucoup plus discrètes lors de ce Final Four: Antoine Griezmann. Pour ce qui devrait être sa 101e sélection et sa 58e de rang, le Madrilène pourrait dépasser Michel Platini (41) et prendre seul la troisième place du classement des buteurs en équipe de France derrière Henry (51) et Giroud (46).

Derrière lui, l’absence de Pogba devrait être compensée par la présence de Rabiot pour épauler Kanté. De nouveau en difficulté avec la Juventus, le ‘Duc’ est attendu au tournant, alors que derrière lui, la concurrence pousse. Tchouaméni et Veretout ont connu des premières sélections plutôt réussies tandis que Guendouzi arrive en puissance.

Finir l’année en étant invaincu

Les Bleus ont l’opportunité de terminer l’année 2021 sans avoir perdu le moindre match, ce qui serait une grande première depuis dix ans. En 2011, l’équipe de France sous Laurent Blanc avait totalisé 7 victoires et 6 matchs nuls. Avant le Kazakhstan, la troupe de Deschamps en est à 8 victoires et 6 nuls puisque l’élimination en 8es de finale de l’Euro aux tirs au but face à la Suisse n’est pas considérée comme une défaite.

Soigner le retour au Parc

Cela faisait plus de huit ans que l’équipe de France n’y avait pas posé ses valises. Le Parc des Princes a l’honneur d’accueillir les champions du monde ce samedi dans ce qui pourrait être le match de la qualification au prochain Mondial. La dernière fois que les Bleus ont foulé la pelouse de l’enceinte parisienne reste un bon souvenir, puisque c’était pour une victoire écrasante sur l’Australie en amical en octobre 2013 (6-0).

Mais le Parc des Princes ne devait initialement pas accueillir le match, des travaux sur le RER B ayant finalement contraint la fédération de renoncer au Stade de France. Certains joueurs y ont déjà leurs repères, à l’image des anciens Parisiens Coman et Rabiot, mais surtout Mbappé, l’attaquant du PSG, particulièrement en forme dans son jardin. "C’est un super stade, j’adore jouer ici, a-t-il confié ce vendredi. L’ambiance, le terrain, l’atmosphère, il y a vraiment tout. C’est un des meilleurs stades d’Europe, pour moi le meilleur."

Se souvenir du 13 novembre

Enfin, cette rencontre se déroule six ans jour pour jour après les attentats qui ont frappé Paris et Saint-Denis un soir de France-Allemagne au Stade de France. Une série d’hommages aux 130 victimes encadrera la rencontre avec notamment une minute de silence, le port d’un brassard noir pour les joueurs de l’équipe de France et la présence du Bleuet tout autour du Parc des Princes. Les maillots portés par les Bleus seront également vendus aux enchères au profit de l’association "Bleuet de France" qui aide les victimes d’attentats et de guerres. Ce samedi soir, la fête d'une qualification pourrait venir conclure cette soirée en beauté, sans oublier.

La compo probable: Lloris - Koundé, Upamecano, L.Hernandez - Pavard ou Coman, Kanté, Rabiot, T.Hernandez - Griezmann - Mbappé, Benzema.

Jules Aublanc Journaliste RMC Sport