RMC Sport

Ligue 1: la terrible lutte pour le maintien sur les deux dernières journées

Le suspense reste entier dans la course au maintien avant les 37e et 38 journées de Ligue 1. Sept équipes n’ont pas encore mathématiquement assuré leur survie dans l’élite avant les derniers matchs de la saison.

A l’image de la course au titre et de la lutte pour l’Europe, le maintien en Ligue 1 se jouera également lors des 37e et 38e journées prévues les 16 et 23 mai prochain. Si Dijon est déjà condamné à la relégation en Ligue 2, sept équipes espèrent encore sauver leur place dans l’élite.

De quoi donner lieu à un fantastique final lors des deux multiplex programmés alors que Nîmes est pour l’instant dix-neuvième et en grand danger et que Nantes espère encore quitter la 18e place actuelle synonyme de barrages.

Le classement du bas de tableau

13. Reims avec 42 pts (-3 de différence)

14. Brest avec 40 points 42 pts (-14 de différence)

15. Bordeaux avec 39 points (-18 de différence)

16. Strasbourg avec 38 points (-11 de différence)

17. Lorient avec 38 points (-19 de différence)

18. Nantes avec 37 points (-11 de différence)

19. Nîmes avec 35 points (-26 de différence)

20. Dijon avec 18 points (déjà relégué)

Reims virtuellement sauvé

Incapable de gagner l’un de ses six derniers matchs, Reims conserve un sacré matelas d’avance sur les autres candidats au maintien. Avant de quitter le club champenois pour laisser la place à Oscar Garcia, David Guion n’a besoin que d'un point pour maintenir son équipe en L1. Problème, Reims se déplace à Paris, candidat au titre, puis reçoit Bordeaux, rival pour le maintien. Même avec deux défaites, Reims devrait se maintenir si ses concurrents se ratent également, d'autant que Lorient et Strasbourg, qui pointent à 4 points, vont s'affronter. La nette meilleure différence de buts des Champenois sur Lorient et Strasbourg offre même un maintien virtuel.

Reims va à Paris puis reçoit Bordeaux.

Reims automatiquement sauvé si une victoire ou deux nuls en deux matchs.

Brest s’est compliqué la tâche

En perdant contre Nantes et Nice lors des deux derniers matchs, Brest joue à se faire peur. Malgré un football offensif et souvent séduisant, le club finistérien se retrouve sous la menace d’une relégation. Pour être certain de se maintenir sans dépendre des autres résultats, les Bretons doivent prendre au moins quatre points en deux matchs. Si le duel contre Montpellier parait jouable, le match de la 38e journée à domicile contre le PSG pourrait faire mal aux protégés d’Olivier Dall'Oglio.

Brest va à Montpellier puis reçoit Paris.

Brest automatiquement sauvé si une victoire et un nul en deux matchs.

Bordeaux en grave crise

Jean-Louis Gasset est en mission en cette fin de saison à Bordeaux. Mais en ce moment, cela s’apparente presque à une mission impossible. Malgré un sursaut contre Rennes grâce à Sékou Mara (1-0), les Girondins ne vont pas bien et restent neuf défaites (pour deux victoires et un nul) en douze rencontres de Ligue 1. Miné par des tensions dans le vestiaire et par le désengagement du propriétaire King Street, le maintien permettrait au club au scapulaire de lancer un nouveau cycle sur de bon rails. Avec deux points d’avance sur la zone rouge, Bordeaux doit gagner ses deux matchs pour être mathématiquement sauf. Ou compter sur des faux-pas de concurrents.

Bordeaux reçoit Lens puis va à Reims.

Bordeaux automatiquement sauvé si deux victoires en deux matchs.

Sale série pour Strasbourg

Le club alsacien ne fait pas pire que Bordeaux ces dernières semaines mais part de beaucoup plus loin. Seizièmes, les partenaires de Ludovic Ajorque ont perdu gros en s’inclinant ce week-end à domicile contre Montpellier (2-3). Avec seulement un point de mieux que le barragiste nantais et trois longueurs d’avance sur Nîmes, le RCS est en réel danger. Pour se sauver, le groupe de Thierry Laurey doit signer deux victoires en deux matchs, ou miser des faux-pas de Nîmes et Nantes. Point positif, les Alsaciens défieront Nice qui n’a plus rien à jouer avant de s’offrir une véritable "finale" pour le maintien contre Lorient à La Meinau.

Strasbourg va à Nice puis reçoit Lorient.

Strasbourg automatiquement sauvé si deux victoires en deux matchs.

Lorient trop irrégulier

Capable de battre le PSG au Moustoir (3-2) ou de corriger Bordeaux (4-1), Lorient est également en mesure de passer totalement à côté contre Nîmes ou de s’écrouler contre Lyon (4-1) ou Lens (4-1) à 11 conter 10. Une irrégularité chronique qui empêche l’équipe entraînée par Christophe Pélissier de connaître un exercice paisible en Ligue 1. Premier non-relégable, le promu breton peut encore se maintenir. Pour cela il faudra faire au moins aussi bien que Nantes et Nîmes, ses deux premiers poursuivants. Mais avec deux victoires contre Metz et surtout face à Strasbourg, Lorient s’offrirait à coup sûr une deuxième saison consécutive dans l’élite.

Lorient reçoit Metz puis va à Lorient.

Lorient automatiquement sauvé si deux victoires en deux matchs.

Nantes ne lâche rien

Après les défaites contre Rennes (1-0) et Lyon (1-2) courant avril, les Canaris semblaient promis à la relégation. Mais depuis, Antoine Kombouaré a trouvé la bonne formule. Avec un coach kanak en mode commando, Nantes vient d’enchaîner trois victoires d’affilée et peut encore rêver du maintien. Pour cela, il faut gagner contre Dijon et Montpellier et espérer des résultats favorables et des contre-performances de ses rivaux. Avec deux succès lors des 37e et 38e journées, les pensionnaires de La Beaujoire conserveront, au pire, leur place de barragiste. Les coéquipiers de Nicolas Pallois bénéficieraient alors d’une ultime chance de rester dans l’élite au terme d’une double confrontation face à un club de Ligue 2. Mais avec un calendrier plus favorable, les Canaris disposent désormais d'une chance solide de maintien direct.

Nantes va à Dijon puis reçoit Montpellier.

Nantes barragiste si deux victoires en deux matchs. Nantes n’est plus maître de son destin pour se sauver automatiquement.

Un dernier espoir pour Nîmes?

Avec trois nuls, une victoire et une défaite lors des cinq matchs de L1, les Crocos ont réussi à rester en course pour le maintien. Fort d’un beau succès ce dimanche à Metz (0-3), le groupe de Pascal Plancque peut y croire. Certes, les Nîmois n’ont plus leur destin entre leurs mains mais deux victoires en deux matchs devraient encore leur offrir un dernier espoir de survie. De plus, si Nîmes prend trois points en deux journées et que Nantes s’incline à deux reprises, le club gardois serait barragiste et jouerait son maintien sur un duel aller-retour contre une formation de Ligue 2. Gros hic, le calendrier des Crocos avec la réception de l'OL qui joue s aplace en Ligue des champions, voire le titre, et un déplacement à Rennes à la lutte pour les places européennes.

Nîmes reçoit Lyon puis va à Rennes.

Nîmes barragiste si au moins une victoire et que Nantes perd ses deux matchs. Nîmes n’est plus maître de son destin pour se sauver automatiquement.

Jean-Guy Lebreton Journaliste RMC Sport