RMC Sport

Bayern-PSG: "Ce sera difficile sans Lewandowski", reconnaît Altintop

Ambassadeur UEFA pour la finale de la Ligue des champions qui aura lieu au stade Atatürk à Istanbul le 29 mai, Hamit Altintop voit pour le PSG une opportunité contre le Bayern ce mercredi (21h sur RMC Sport). Pour l'ancien Munichois, l'absence de Robert Lewandowski offre aux Parisiens une opportunité presque inespérée.

Hamit Altintop, pensez-vous le PSG capable d'éliminer le Bayern cette saison, après la finale perdue de l'an dernier?

Je pense que Paris est en bonne position avec la blessure de Lewandowski. Le Bayern n'a pas joué beaucoup de matchs sans lui. Ce sera une bonne expérience, Hans Flick va devoir expérimenter autre chose pour ces deux matchs. Mais il a beaucoup d'autres très bons joueurs comme Coman, Sané ou Müller devant. Le Bayern peut jouer un peu comme Manchester City, sans pur numéro 9 devant.

>>> abonnez-vous à RMC Sport pour ne pas rater la Ligue des champions avec le choc Bayern-PSG

Cette absence donne-t-elle le statut de favori à Paris?

Disons que maintenant, il y a plus de gens qui parient sur le PSG qu'avant (sourire).

En face, le Bayern peut-il espérer conserver son titre?

Le Bayern est en bonne posture en Bundesliga, les matchs de Ligue des champions étaient bons également. Mais à ce niveau, difficile de savoir. Il vous faut un peu de chance, de bonnes performances et parfois l'arbitrage (rire). Le Bayern a son âme, son histoire. Gagner contre eux, c'est toujours une énorme performance, pour n'importe quelle équipe.

>>> toutes les infos concernant la Ligue des champions et Bayern-PSG

Nous avions une superbe équipe avec Luca Toni, Klose, Ribéry, Schweinsteiger, Lahm... C'est à ce moment que nous avons compris qu'il était possible de tout gagner. Tout le monde s'est mis à y croire à fond. Ce fut un déclic pour ensuite livrer des performances encore plus grandes. Après, il y a eu de bons transferts comme Lewandowski ou Neuer. Tout cela, ajouté au bon développement du football allemand, vous amène à croire encore plus en votre potentiel. Derrière, vous savez que tout est possible.

Oui. Nous avons perdu contre l'Inter Milan en 2010, une très bonne équipe, expérimentée. Mais c'était les débuts de Müller par exemple. Derrière, il y a eu 2012 (défaite en finale à Munich contre Chelsea, aux tirs au but ndlr). Ce fut douloureux mais cela vous fait grandir. Et vous avez des leaders comme Rummenigge, Hoeness, Beckenbauer, de grandes personnalités qui ont aidé à faire de grands transferts et ont poussé l'équipe.

Regardez-vous les matchs du PSG en Ligue 1 et le championnat de France en général?

Beaucoup! Parce que nous avons des joueurs turcs à Lille, ils sont en tête du championnat et peuvent gagner la Ligue 1. Donc je regarde beaucoup de matchs. C'est très intéressant de voir les matchs avec Thomas Tuchel, maintenant avec Mauricio Pochettino sur le banc parisien.

Etes-vous impressionnés par certains joueurs en particulier, dans les rangs parisiens ou munichois?

Il y a de très bons joueurs des deux côtés. Lors de la finale l'an dernier, c'était très intéressant de voir que le Bayern avait cinq joueurs français (Coman, Pavard, Hernandez, Tolisso et Cuisance ndlr). Pourquoi Paris n'utilise pas ces joueurs? Pourquoi les autres clubs français ne les utilisent pas? Paris a tout gagné sur la scène nationale. Pour le président, pour le club, pour l'équipe, pour l'image de Neymar ou de Mbappé, ce trophée est si important... Ils seront concentrés sur la Ligue des champions, plus que jamais.

Selon vous, quelle est la raison majeure de l'incapacité des Parisiens à aller chercher le trophée?

Quand vous devez jouer chaque semaine une équipe de haut niveau, c'est plus facile de reproduire ces performances en Ligue des champions.

Le niveau de la Ligue 1 est-il un problème pour Paris?

En Bundesliga, vous avez ce défi chaque semaine. Derrière, c'est plus simple de performer un cran au dessus en C1, l'écart est moins grand qu'il semble l'être entre le championnat de France et les matchs européens. Paris était très bon l'an dernier. Ils avaient la possibilité de gagner et cette saison, ils l'ont aussi. Mais effectivement, c'est plus facile quand vous êtes une équipe comme Manchester City ou Liverpool et que vous jouez, chaque semaine, contre des équipes comme Manchester United. Vous êtes davantage préparé.

Cette saison, le championnat est plus disputé...

Oui, les équipes françaises et les joueurs sont sur la bonne voie. La Ligue 1 est plus intéressante et cela va dans le bon sens.

Faut-il y voir un bon signe pour Paris?

Pourquoi pas! Je supporterai toujours le Bayern, ma famille aussi. Mais ce sera difficile sans Lewandowski.

Le stade Atatürk attend enfin sa finale

Alors qu'il devait accueillir la finale l'an dernier, le stade olympique Atatürk d'Istanbul a dû patienter un an de plus, en raison de la crise sanitaire (le Final 8 se jouait au Portugal). Mais se tient prêt pour le 29 mai. "Le stade a été rénové, nous sommes prêts, les infrastructures aussi. Nous sommes très impatients à l'idée d'accueillir les meilleurs", se réjouit Hamit Altintop, ambassadeur UEFA pour la finale. En 2005, Istanbul avait hébergé la finale mémorable entre Liverpool et l'AC Milan (victoire des Reds aux tirs au but, après avoir été menés 3-0). "C'était une très bonne expérience pour tout le monde, rappelle l'ex international turc. J'espère que nous aurons encore une soirée incroyable."

https://twitter.com/apobouchery Apolline Bouchery Journaliste RMC Sport