RMC Sport
en direct

La crise de la Super League en direct: "Nous n'avons pas invité le PSG", assure Perez

Florentino Pérez

Florentino Pérez - AFP

Douze clubs majeurs du football européen ont annoncé ce dimanche la création d'une Super League et sont entrés en conflit ouvert avec la Ligue des champions, l'UEFA et les championnats nationaux. Retrouvez toutes les informations sur cette nouvelle compétitions et ses nombreuses conséquences qui bouleversent la planète foot dans le direct commenté sur RMC Sport.

Perez évoque une possible "Super League 2"

"Pourquoi les clubs non-fondateurs ne pourraient-ils pas gagner? Ils peuvent concourir pour occuper l'une des places attribuées aux invités. Quelque chose doit suivre, créer une deuxième ligue ou quelque chose comme ça. L'UEFA doit comprendre que le football a changé en Europe et que certains veulent une compétition différente", détaille le dirigeant madrilène.

Perez prône la transparence des salaires

"Je sais ce que gagne Lebron James, car son salaire est rendu public. Mais je ne sais pas ce que gagne le président de l'UEFA. Je crois en la transparence. Nous avons baissé nos salaires à Madrid et dans mon entreprise de la même manière. Mon salaire est public, mais je ne sais pas ce qu'ils gagnent à l'UEFA", tacle le président de la Super League.

"Ça aidera le Barça, Laporta l'a compris", explique Perez

​​"Ce n'était pas difficile pour moi de convaincre Laporta. Ça aidera Barcelone, qui traverse une mauvaise situation économique. Laporta est sensé et il l'a compris. Ça sauve tout le monde, ça sauve le football", lance Florentino Perez dans l'émission El Chiringuito.

Il y aura le VAR en Super League

Florentino Perez annonce que la Super League se disputera avec l'assistance vidéo à l'arbitrage. "Le VAR sera amélioré", annonce même le président du Real Madrid.

"Nous allons sauver le football", estime Perez

"Certains ont dit que c'est une compétition pour les riches mais ce n'est pas vrai. C'est pour sauver le football, basé sur la solidarité. Quelqu'un a dit que les riches seront plus riches et les pauvres plus pauvres. Ce n'est pas le cas. Nous allons sauver le football, nous ne vont pas laisser le football disparaître", développe le président de la Super League.

Perez dénonce les insultes de Ceferin contre Agnelli

"Ce qu'ils ne peuvent pas, c'est insulter, comme le président de l'UEFA l'a fait contre un de nos collègues. C'est une mauvaise façon de s'adresser à Agnelli, c'est intolérable. Je ne dirais ces choses à personne en public. Cela doit changer", s'insurge Perez dans l'émission El Chiringuito en Espagne.

Perez en dit plus sur les équipes conviées en Super League

"La méritocratie ne peut pas exister pour cinquante équipes. Naples ou Rome auront aussi le droit d'y participer. Si ce n'est pas une année, ce sera la prochaine. Mais ceux qui amènent de l'argent, ce sont les 15 clus fixes qui jouent entre eux chaque semaine, c'est le plus grand spectacle", explique le président du Real Madrid.

"Nous n'avons pas invité le PSG", assure Perez

"Pour l’instant, nous n’avons pas invité le PSG, on commence avec les douze clubs fondateurs. On pense que le PSG pourrait nous rejoindre mais je ne peux pas m’avancer parce qu’on en a pas encore parlé, ni avec les deux clubs allemands. Nous avons douze clubs fondateurs et nous pouvons en avoir quinze", assure Florentino Perez, le président de la Super League, dans l'émission El Chiringuito en Espagne.

Perez glisse un petit tacle à Tebas

"Il y a des gens qui pensent qu'elles sont des institutions sont les siennes et elles ne sont pas les siennes", lâche le président de la Super League en évoquant celui de la Liga.

Perez sur la possible exclusion du Real de la C1

"Cela n'arrivera pas, la loi nous protège. Nous n'allons pas entrer dans les questions juridiques. C'est impossible (...) Ce sont des menaces de la part de quelqu'un qui confond monopole et propriété. Il ne faut pas menacer, il faut dialoguer. Nous avons proposé un format qui, selon nous, sauve le football (...) Il faut d'abord être plus transparent, l'UEFA ne s'est pas distinguée par sa transparence. Les monopoles sont terminés. Le football est au bord de la faillite. Pas que les gros, tout le monde. S'il n'y a pas d'argent chez les grands, ils n'achètent pas de joueurs aux autres. C'est une pyramide", répond le président du club merengue.

Perez ne croit pas aux menaces de l'UEFA

"Les footballeurs peuvent être tranquilles, cela n'arrivera pas. Ils ne seront pas sanctionnés en sélection. C'est la confusion de ceux qui contrôlent les monopoles. Bien sûr, l'UEFA est un monopole. Elle doit être transparente, elle n'a pas une bonne image tout au long de l'histoire. Ils n'ont à menacer personne. Personne n'a rien fait de mal. Leur format, à notre avis, ne fonctionne pas. J'ai parlé avec toutes les ligues, les fédérations. Personne ne comprend", explique Florentino Perez.

Perez tacle la nouvelle version de la Ligue des champions

"L'UEFA travaillait sur un autre format, celui qu'elle a présenté aujourd'hui. Premièrement, je ne le comprends pas. Personne ne le comprend. Il ne produit pas les revenus nécessaires pour sauver le football", assène le dirigeant historique du Real Madrid, en direct dans l'émission El Chiringuito en Espagne.

"Ce 'n'est pas une Ligue fermée", se défend Perez

"Ce n'est pas fermé, ce n'est pas vrai. Nous croyons au mérite des équipes, qu'elles se battent pour être dignes de jouer une compétition comme celle-ci. Mais quand L'UEFA engage 120 ou 130 millions d'euros, nous en avons donné 400 milllions. C'est pour les répartir entre les clubs. Oui, nous générons cet argent. Nous le faisons pour sauver le football en général", déaille le président de la Super League.

Perez veut rendre le foot "plus attrayant"

"Les audiences diminuent et les droits TV aussi. Avec la pandémie, nous sommes tous fauchés. Le football est mondial, nous avons des fans dans toutes les régions. Il a fallu analyser les raisons pour lesquelles les jeunes, de 16 à 24 ans, ne s'intéressent plus au football. Il y a beaucoup de matchs et peu d'intérêt. Le football doit s'adapter. Nous devons changer quelque chose pour rendre ce sport plus attrayant dans le monde entier (...) Tout ce que je fais, c'est pour le bien du foot. Ils sont à un moment critique (...) Un Madrid-Manchester ou un Barcelone-Milan, c'est plus attractif qu'un match face à une équipe modeste de la Ligue des champions", assure Perez, qui s'exprime en direct dans l'émission El Chiringuito en Espagne.

Perez justifie la création de la Super League

"Lorsque vous n'avez pas de revenus autres que ceux issus des droits TV, il faut organiser des matchs plus attrayants. C'est sur cette idée que nous avons commencer à travailler. Nous sommes arrivés à la conclusion qu'en faisant une Super League pendant la semaine, au lieu de la Ligue des champions, nous serions en mesure d'atténuer la perte de revenus (...) Le foot doit évoluer et s'adapter à l'époque dans laquelle nous vivons. Le football perdait de l'intérêt", explique Florentino Perez.

Perez s'exprime en direct dans l'émission El Chiringuito

Florentino Perez, le président du Real Madrid et de la Super League, est l'invité de l'émission El Chiringuito en Espagne. II commence par expliquer que les grands clubs européens ont perdu près de 5 milliards d'euros avec la crise du Covid-19. Le Real enregistre même 400 millions d'euros de pertes à lui seul.

Milner espère que la Super League "ne se fera pas"

James Milner, le milieu de terrain de Liverpool, prend position contre la Super League, alors que son club fait partie des membres fondateurs. "Je n'aime pas ça, j'espère que ça ne se fera pas", a réagi l'international anglais sur Sky Sports, après le nul des Reds à Leeds en Premier League.

Ligue des champions: Le Real, City et Chelsea exclus avant les demies ? Un membre de l'UEFA brandit la menace

Le président de la Fédération danoise de football et membre du comité exécutif de l'UEFA, Jesper Møller, a déclaré ce lundi s'attendre à une exclusion du Real Madrid, de Manchester City et de Chelsea des demi-finales de la Ligue des champions cette saison. Les trois clubs font partie des douze dissidents ayant annoncé un projet de Super League européenne, en partie fermée.

Une décision devrait être prise vendredi lors d'une réunion extraordinaire du comité exécutif de l'instance européenne du football, a-t-il déclaré à la radiotélévision danoise, alors que les demi-finales Real Madrid-Chelsea et Paris Saint-Germain-Manchester City sont prévues la semaine prochaine. "Ces clubs doivent partir, et je m'attends à ce que cela se produise vendredi, et ensuite nous verrons comment nous terminons la Ligue des Champions", a-t-il indiqué.

"Les riches aspirent toujours à être plus riches", tacle Bielsa

A la mi-temps de Leeds-Liverpool, Marcelo Bielsa s'est exprimé sur la Super League au micro de Sky Sports. "Le problème fondamental, c'est que les riches aspirent toujours à être plus riches, sans tenir compte des conséquences pour les autres. À mesure qu'ils acquièrent plus de pouvoir, ils commencent à exiger plus de privilèges sur les autres (...) Ce qui rend la compétition formidable, c'est la possibilité pour l'une des équipes faibles de se développer, pas de voir les grandes équipes s'affronter. Mais la logique du monde en ce moment, et donc celle du football, ce n’est pas ça. C'est que les puissants deviennent plus riches et que les faibles deviennent plus pauvres. Si c'est ce qui guide le monde en ce moment, pourquoi y at-il un tel étonnement. Cela ne devrait pas nous surprendre."

L'Athletic Bilbao exprime son opposition

Le club basque condamne le projet de la Super League "qui menace les principes et les valeurs du football".

Cantona réclame "du respect pour les fans"

Eric Cantona a diffusé une vidéo pour demander aux clubs fondateurs de la Super League de prendre en considération la volonté des fans.

Le FC Séville exprime son "rejet total" de la Super League

Le FC Séville s’est positionné dans le débat qui agite le football européen depuis 24h, et la création de la Super Ligue, ce serpent de mer tant redouté par l’UEFA, qui craint pour sa Ligue des champions. Le club andalou est franchement hostile à cette nouvelle compétition créée de toutes pièces par quelques cadors du football européen, et a donc logiquement exprimé son "rejet total" de la Super League dans un communiqué publié dans la soirée: "Une compétition telle que celle proposée, à laquelle la participation se fait sur invitation, va totalement à l'encontre de l'esprit du sport en général et du football traditionnel en particulier. Cette approche est clairement contraire à notre ADN qui consiste à ne jamais abandonner et à nous fixer des défis toujours plus ambitieux, avec l'idée de les dépasser chaque jour sur le terrain", écrit le club.

Avec ou sans Super League, l’objectif a toujours été le même, selon Klopp

"Je ne sais pas pourquoi les douze clubs ont fait ça. Je sais que certaines choses vont changer dans le football. Certaines choses doivent changer dans le football, c'est certain, a-t-il résumé au micro de Sky Sports lundi soir. Où se trouve le pouvoir et des trucs comme ça, ce n'est pas bien. Tout le monde planifie de nouvelles compétitions. C’est toujours plus de matches, plus de matches. C’est toujours une question d’argent, rien d’autre."

La Super League pourrait commencer "dans cinq mois", d'après son secrétaire général

Interrogé par Le Parisien, Anas Laghari, le secrétaire général de la Super League, assure que la nouvelle compétition "pourrait commencer dans cinq mois", donc en septembre 2021. Il assure aussi que les menaces d'exclusion de l'UEFA "ne sont pas légales", alors que la réforme de Ligue des champions, "difficilement compréhensible", "va perdre les fans".

"On veut créer une compétition que tout le monde a envie de voir, qui fait rêver les gens, les jeunes pour renouveler un football entré dans la folie des transferts et de l’argent", a-t-il ajouté.

Klopp ne veut pas d'un conflit entre l'équipe et les supporters

"Ce que je veux dire, c'est que j'ai entendu certaines choses, mais ce que je n'aime vraiment pas, c'est que Liverpool est bien plus que certaines décisions qui sont prises. La partie la plus importante du football, ce sont les supporters et l'équipe, et nous devons nous assurer que rien ne se mette entre eux. Les joueurs n'ont rien fait de mal. Nous voulons nous qualifier pour la Ligue des champions la saison prochaine. Il y a des choses que nous devons régler, mais cela n’a rien à voir avec les joueurs, ni avec la relation entre les supporters et l’équipe. C’est vraiment très important pour moi. Dans les moments difficiles, il faut montrer que nous sommes vraiment solidaires, ce qui ne veut pas dire qu'il faut être d'accord avec tout, mais encore une fois, les joueurs n’ont rien fait de mal."

Super League: Klopp préfère ne pas se mouiller mais comprend la frustration des supporters

Interrogé sur la création de la Super League par Sky Sport, un projet qu’il avait dénoncé en 2019, Jürgen Klopp assure que son avis sur le sujet "n’a pas changé". Mais il refuse de se prononcer sur le fond, n'ayant pas tous les éléments en mains. "Nous avons obtenu quelques informations mais pas beaucoup pour être tout à fait honnête, a-t-il expliqué avant le match entre Leeds et Liverpool. La plupart des choses que vous pouvez plus ou moins lire dans les journaux. C’est une question difficile. Les gens ne sont pas contents, et je peux le comprendre. Mais je ne peux pas vous en dire davantage. Nous ne sommes impliqués dans aucun processus, ni les joueurs, ni moi. Nous n’étions pas au courant. Les faits sont là. Nous devons attendre de voir comment cela évolue."

Le prince William hostile à la Super League

Le prince William, duc de Cambridge, s’est prononcé contre l’organisation d’une Super League dans un communiqué, publié ce lundi: "Aujourd'hui, plus que jamais, nous devons protéger l'ensemble de la communauté du football - du plus haut niveau à la base - et les valeurs de compétition et d'équité qui sont au cœur de celle-ci. Je partage les préoccupations des supporters concernant le projet de Super League et les dommages qu'il risque de causer au jeu que nous aimons."

Lovren pleure le jour où "le football est devenu le soccer"

Le défenseur du Zénith Saint-Pétersbourg Dejan Lovren, ancien de Liverpool, a regretté sur Twitter "ce jour où le football a arrêté d'être du football et est devenu du soccer". Une référence directe à l'"américanisation" en passe de s'opérer dans le foot européen, avec le projet de Super League annoncé dimanche.

Florentino Pérez s'exprimera cette nuit dans l'émission El Chiringuito

Pour sa première prise de parole publique depuis l'officialisation de la Super League, dont il est l'instigateur, le président du Real Madrid a choisi la célèbre émission El Chiringuito.

Schweinsteiger craint la disparition du football tel que nous le connaissons

L’ex-international allemand Bastian Schweinsteiger a partagé sa peine, et son inquiétude de voir la Super League tout vampiriser: "Si la Super League se réalise, elle détruira le football avec ses championnats nationaux tels que nous les connaissons. Je trouve cela très triste", a-t-il souligné.

La Super League ne va pas résoudre les problèmes du foot, estime Rummenigge

La création d'une Super League ne va pas résoudre "les problèmes financiers du football européen causés par le Covid-19", a estimé lundi le patron du Bayern Munich Karl-Heinz Rummenigge, qui a confirmé que son club n'est pas associé au projet.

"Je ne pense pas que la Super Ligue résoudra les problèmes", a-t-il affirmé dans un communiqué. "Au contraire, tous les clubs européens devraient travailler de manière solidaire pour faire en sorte que la structure des coûts, en particulier les salaires des joueurs et les honoraires des consultants, soit ajustée aux revenus afin de rendre le football européen plus rationnel".

Le Bayern est le seul club parmi tous les vainqueurs de la Ligue des champions depuis 2005 à ne pas s'être engagé pour la création de cette Super Ligue. Il est aussi l'un des seuls à ne pas être lourdement endetté.

Président du directoire du club allemand, Rummenigge évite toutefois de condamner fermement l'initiative. Il se contente de souligner que "le FC Bayern n'a pas participé à la planification d'une Super Ligue (et) salue la réforme de la Ligue des champions, car nous pensons qu'elle est la bonne démarche pour le développement du football européen."

L'UEFA a présenté lundi un nouveau format pour le premier tour de la Ligue des champions, prévoyant que chaque équipe joue à l'horizon 2024 dix matches de poules, au lieu de six dans la formule actuelle.

Le message de Leeds à Liverpool et à la Super League

Leeds qui reçoit Liverpool ce lundi soir, en Premier League, avait un petit message à adresser aux Reds, qui ont fait sécession pour rejoindre la Super League, une ligue concurrente annoncée de la Ligue des champions: "Gagnez-la sur le terrain (votre place en Ligue des champions). Le football est pour les fans", peut-on lire dans les tribunes d’Elland Road. Liverpool est actuellement sixième du championnat d'Angleterre, et donc pas qualifié pour la C1.

C1: un membre du comex de l'UEFA s'attend à ce que les 12 clubs dissidents soient exclus

Les demi-finalistes de la Ligue des champions impliqués dans le projet de Super League, dont l’existence a été officialisée le week-end dernier, devraient être exclus de la Ligue des champions, et ce, dès vendredi, selon Jesper Moller, qui siège au comité exécutif de l’UEFA. "Une réunion extraordinaire du Comité exécutif aura lieu vendredi. Je m'attends à ce que les 12 clubs soient mis à la porte. Les clubs doivent sortir, et je m'attends à ce que cela se produise vendredi, et ensuite nous verrons comment nous terminons la Ligue des Champions", a-t-il déclaré à DR Sporten.

Le football allemand fait front contre la Super League

La Fédération allemande de football (DFB) et la Ligue allemande (DFL) ont, dans un communiqué conjoint, apporté leur soutien à Aleksander Ceferin et à l’UEFA, contre la Super League. Conscientes des conséquences que les sanctions éventuelles prises par l’UEFA contre les joueurs appartenant aux clubs dissidents pourraient avoir sur la sélection allemande, les deux entités soutiennent néanmoins les mesures:"Nous ne pouvons pas permettre que les intérêts économiques de quelques grands clubs anglais, espagnols et italiens conduisent à l'abolition des structures établies (...) La crise du coronavirus aurait dû montrer clairement ce que le football et ses valeurs représentent: la solidarité, pas la cupidité."

Londres va faire "tout son possible" pour bloquer la Super League

Le ministre britannique des Sports Oliver Dowden a indiqué lundi que le gouvernement comptait faire "tout son possible" pour empêcher la création d'une Super League, y compris en invoquant la législation sur la concurrence.

M. Dowden a précisé devant le Parlement qu'il avait eu des entretiens d'urgence avec les dirigeants de la Premier League, de la fédération britannique et de l'UEFA avec un "message clair: ils ont notre appui total".

Pavard confie son attachement à la Ligue des champions

Le latéral droit du Bayern Munich et de l'équipe de France Benjamin Pavard, dont le club ne participe pas à la Super League, a réaffirmé son attachement à la Ligue des champions, menacée par cette compétition dissidente: "Ce n’est pas qu’un patch sur une manche. Ce sont des émotions indescriptibles en tant que joueur, des souvenirs incroyables en tant que fan. Un hymne qui nous donne des frissons. C’est une compétition à laquelle tous les joueurs et tous les clubs doivent pouvoir aspirer s’ils le méritent."

Super League : "Ça va à l'encontre du football que j'aime" regrette Di Meco

Dans le Super Moscato Show, Éric Di Meco, consultant RMC Sport, s'est à son tour élevé contre la Super League. "Ces clubs veulent éviter le risque et l’incertitude du sport", s'est-il insurgé.

Draghi, chef du gouvernement italien, soutient l'UEFA contre la Super League

Le chef du gouvernement italien Mario Draghi a exprimé lundi son soutien à l'UEFA, vivement opposée à la Super League. "Le gouvernement suit avec attention le débat autour du projet du Super League et soutient avec détermination les positions des autorités italiennes et européennes du football visant à préserver les championnats nationaux, les valeurs de méritocratie et la fonction sociale du sport", a-t-il été indiqué dans un bref communiqué.

En Italie, où trois clubs ont fait connaître leur participation à la Super League (Juventus Turin, AC Milan, Inter Milan), l'annonce a créé pour une fois, fait rarissime, l'unanimité au sein de la classe politique. De l'extrême droite à la gauche, en passant par les populistes du Mouvement 5 Etoiles, tous les principaux partis de la péninsule ont condamné le projet.

Özil: "Les enfants grandissent en rêvant de gagner la Ligue des Champions, pas la Super League"

Au tour de Mesut Özil, le milieu offensif de Fenerbahçe, de s'élever contre le projet de Super League. "Les enfants grandissent en rêvant de gagner la Coupe du monde et la Ligue des Champions, pas la Super League. Si on prend du plaisir dans les gros matchs, c'est parce qu'ils n'arrivent qu'une ou deux fois par an, pas toutes les semaines. C'est vraiment dur à comprendre pour tous les fans de football."

Le message fort du Red Star contre la Super League

Sur Twitter, le Red Star y est allé de son message contre la Super League en dressant une comparaison pour le moins osée. D'un côté, la une de L'Equipe annonçant le projet qui met le feu depuis dimanche à la planète football. De l'autre, un texte de Jules Rimet, fondateur du club francilien et défenseur du "football pour tous", ce "sport qui doit permettre aux couches sociales de se confronter".

Jean-Michel Aulas dénonce "les vertus de l’argent contre l’esprit de fair-play"

Le président de l’OL a réagi lundi après-midi à la création de la Super League. "Elle met en avant les vertus de l’argent contre l’esprit de fair-play, alors que nous devons être plus solidaires", a-t-il écrit sur Twitter. Il s’est également exprimé sur le refus de Nasser Al-Khelaifi d’occuper le poste de président de l'Association européenne des clubs.

L'UEFA réfléchit à des sanctions pour les prochaines saisons de de Ligue des champions

L’UEFA va se rapprocher de ses avocats pour étudier des mesures à prendre sur les clubs encore en course en Ligue des champions et Ligue Europa. Il n’y a aucune mesure ou décision qui a été prise pour les clubs encore présents en Ligue des champions et en Ligue Europa. Les différents cabinets d’avocats vont aussi travailler sur des mesures concernant les clubs pour la saison prochaine.


Enfin, les cabinets d’avocats vont aussi travailler sur toutes les mesures qui peuvent être prises sur l’Euro 2021 mais aussi la Coupe du monde 2022.

MBo

Bruno Fernandes aussi s'oppose à la Super League

Le message est beaucoup plus sobre que celui d'Ander HErrera, mais pour la première fois, il émane d'un joueur salarié par un des clubs initiateur de la Super League. En l'occurence Bruno Fernandes, milieu de terrain de Manchester united et qui a réaffirmé son attachement à la Ligue des champions. "Les rêves ne peuvent pas s'acheter", a rajouté le Portugais qui partageait une image de Podence qui saluait la balle, la chanso et le rêve de la Ligue des champions.

Bruno Fernandes sur Instagram à propos de la Super League
Bruno Fernandes sur Instagram à propos de la Super League © Bruno Fernandes/Instagram

INFO RMC SPORT - Nasser Al-Khelaifi refuse le poste de président de l’ECA

Malgré les demandes de plusieurs clubs européens, Nasser Al-Khelaifi a décidé de refuser le poste de président de l’ECA en tant que successeur de Andrea Agnelli, président de la Juventus qui a abandonné ses fonctions pour diriger la Super League. Le président du PSG souhaite rester vice-président et a répété à ses homologues qu’il était disposé à aider à la reconstruction du football européen mais qu’il ne voulait pas se mettre en avant. Nasser Al-Khelaifi reste donc vice-président de l’ECA et membre du comité exécutif de l’UEFA.

Monaco surpris par la création de la Super League

L’AS Monaco n’a eu aucune discussion avec les dirigeants de la Super League malgré les rumeurs entendues en Italie. Oleg Petrov, vice-président de Monaco, l'a confirmé à RMC Sport: "Cette nouvelle de création de la Super League nous surprend beaucoup. Pour le moment, nous nous concentrons sur le championnat et la construction du club."

M.Bo.

Ceferin règle ses comptes avec Agnelli, le président de la Juve

Aleksander Ceferin, président de l'UEFA, a tenu des mots forts à l'encontre de la Super League, et plus particulièrement envers l'un des acteurs de cette ligue fermée, Andrea Agnelli, le président de la Juve: "Agnelli est la plus grande déception. Je n’ai jamais vu une personne mentir de façon aussi persistante. Je lui ai parlé samedi après-midi et il m’a dit: ‘Ne vous inquiétez pas, ce sont des rumeurs. Il ne se passera rien.’ La cupidité est tellement forte qu’elle écrase toutes les valeurs humaines."

La création de la Super League, lancée par les douze clubs dissidents, est "une proposition honteuse" de quelques clubs "guidés par l'avidité", "un crachat au visage de tous les amoureux du football", a également déclaré Ceferin.

Rummenigge entre au comité exécutif de l’UEFA

Comme annoncé par le New York Times, Karl-Heinz Rummenigge, président du Bayern Munich, prend la place d’Andrea Agnelli au comité exécutif de l’UEFA. 

Cette énorme annonce contrecarre les plans de la Super League qui voulait que le Bayern Munich la rejoigne. La position du club allemand semble désormais nettement dans l'opposition au projet.

Alvaro Gonzalez s’oppose à son tour à la Super League

Le défenseur de l’OM a affiché son opposition au projet de Super League, dans un message publié lundi en début d’après-midi sur Twitter. "Pour moi, le football c’est vouloir être meilleur chaque jour et avoir l’opportunité de le montrer. Je ne crois pas au football de quelques-uns", a-t-il notamment écrit.

Les joueurs disputant la Super League seront exclus des sélections nationales, affirme l'UEFA

En conférence de presse après le comité exécutif de l'UEFA, Aleksander Ceferin a affirmé que les joueurs disputant la Super League, via leurs clubs, seront exclus des sélections nationales: "Les joueurs qui joueront dans les équipes qui disputeront cette ligue fermée seront bannis de la Coupe du monde et de l'Euro."

"Il faut que les équipes soient exclues de toutes nos compétitions et, les joueurs aussi, le plus tôt possible", a poursuivi le président de l'UEFA.

Relancé sur la mise en application de cette menace, Ceferin n'a pas donné de date précise: "Ce n’est pas encore clair. Cela fait partie de l’évaluation juridique. Mardi, nous avons des réunions avec le secrétaire général. C’est trop tôt pour savoir exactement ce qu’il va se passer. Nous vous tiendrons au courant."

La réforme de la Ligue des champions est actée

L'UEFA a officialisé lundi lors d'une conférence de presse la réforme de la Ligue des champions, qui entrera en vigueur en 2024. Il y aura alors 36 clubs engagés, contre 32 aujourd'hui. Les matchs de poule sont supprimés. Dans la nouvelle formule, chaque équipe disputera 10 matchs, contre six actuellement, face à dix adversaires différents. Les huit premières équipes du classement général seront qualifiés pour les huitièmes de finale. Les équipes classées entre la 9e et la 24e place disputeront un barrage en aller-retour pour se qualifier pour les huitièmes. Les phases finales se dérouleront ensuite de manière "classique". Les détails de la réforme sont à retrouver ici.

Quand des bots font de la propagande pour la Super League

La création de la Super League s'est accompagné de la naissance d'un site web et d'un compte dédié sur Twitter. Mais cela s'est aussi traduit par l'apparition de bots dont la mission a été d'abreuver les réseaux sociaux de messages favorables à la nouvelle compétition créée par douze clubs frondeurs. Pas sûr que cela face plaisir aux fans, bien au contraire.

Flick ne juge "pas bonne" l'existence d'une Super League

Hans-Dieter Flick a salué la position du Bayern Munich et du Borussia Dortmund vis-à-vis de la Super League. Face à la presse ce lundi, l'entraîneur bavarois a estimé que cette nouvelle compétition pourrait nuire au football continental et soutien la décision des clubs allemands de ne pas y participer.

"Je ne connais pas tous les détails. Je soutiens la déclaration du club et du Borussia Dortmund, a lancé Hansi Flick dans des propos relayés par Sky Sport en Allemagne. Une Super League ne serait pas bonne pour le football européen."

Figo dénonce l'avidité des propriétaires

Ambassadeur de l'UEFA pour l'Euro, Luis Figo figure logiquement parmi les opposants au projet de Super League. Le Portugais a regretté l'avidité des décideurs derrière cette nouvelle compétition et ce, malgré la présence de trois de ses anciens clubs (Barcelone, Real Madrid et Inter) parmi les douze frondeurs.

"Cette soi-disant 'Super League' est tout sauf 'Super', a pesté le Ballon d'or 2000 dans des messages postés sur les réseaux sociaux. Ce geste avide et impitoyable serait désastreux pour nos racines, pour le football féminin et pour la communauté du football en général. Seulement pour servir des propriétaires intéressés, qui ont cessé de se soucier de leurs fans depuis longtemps, et avec un mépris total pour le mérite sportif. Tragique.

Le FC Porto rejoint Dortmund et ne veut pas de la Super League

Potentiel participant à la Super League parmi les clubs qualifiés au mérite sportif, le FC Porto n'a pas souhaité en entendre parler. Jorge Nuno Pinto da Costa, le président du club portugais a confirmé son choix dans lors d'un point presse.

"Il y a eu des contacts informels de certains clubs, mais nous n’avons pas accordé beaucoup d’attention pour deux raisons. La première est que l’Union européenne ne permet pas un circuit fermé d’épreuves comme en NBA, par exemple, a expliqué le président de Porto. La Fédération portugaise de football étant opposée à cela et faisant partie de l’UEFA, nous ne pouvons participer à quelque chose qui va à l’encontre des principes et des règles de l’Union européenne et de l’UEFA. Si cela devait se faire, ce que je mets en doute, l’UEFA ne se retirerait pas et il est certain qu’il y aura encore des compétitions.

Et de rappeler: "Il faut reconnaître que les compétitions que l’UEFA organise sont les compétitions officielles. Nous ne sommes pas inquiets d’être ou pas en Ligue des champions. Nous espérons que nous y serons encore pendant de nombreuses années."

Une position qui rejoint celle de Dortmund: "Le conseil d'administration de l'ECA s'est réuni en ligne dimanche soir lors d'une réunion au cours de laquelle la décision de vendredi a été maintenue. (...) Cette décision veut que tous les clubs souhaitent mettre en place la réforme de la Ligue des champions", écrit Hans-Joachim Watzke, dirigeant du Borussia. Selon Sky Deutschland, Leipzig refuse également d'intégrer ce projet.

Liverpool: des messages contre la Super League sur les grilles d'Anfield

Club à l'origine doté d'une très forte base populaire, Liverpool fait partie des six clubs de Premier League impliqués dans le projet de Super League. La colère des fans des Reds s'est traduite par des messages affichés sur les grilles d'Anfield.

"Honte à vous! Repose en paix Liverpool FC, peut-on ainsi lire sur des banderoles installé sur les grilles de la mythique enceinte anglaise.

Ander Herrera s'engage contre la Super League

Ancien de Manchester united, club qui a réjoint la Super League, Ander Herrera est le premier joueur du PSG à s'exprimer sur ce sujet. Et son constat est sans appel. "J'aime le football et je ne peux pas rester silencieux face à cela. Je crois en une Ligue des champions améliorée, mais pas aux riches qui volent ce que le peuple a créé, ce qui n'est rien d'autre que le plus beau sport sur notre planète."

L'action de la Juventus s'envole à la bourse de Milan

Si le projet de Super League ne plaît pas aux supporters, elle plaît aux marchés financiers. L'action de la Juventus, société côtée est en très forte hausse, le titre gagnant même plus de 10% à l'ouverture des marchés ce lundi matin.

L’UEFA confirme sa réforme pour une C1 à 36 clubs

Dans ce contexte explosif, l’UEFA reste sur sa ligne. Selon le NY Times, l’UEFA devrait, comme prévu, annoncé lundi sa réforme de la Ligue des champions, qui passe de 32 à 36 clubs et qui doit entrer en vigueur en 2024. Le comité exécutif a voté à l’unanimité dans ce sens. Une conférence de presse doit avoir lieu en début d’après-midi.

"Au minimum deux clubs français" chaque année espérés dans la "Super League" annonce l'AFP

Les clubs français ne sont pas présents pour le moment parmi les douze clubs fondateurs de la Super League. Une situation qui pourrait ne pas durer selon l'AFP. "Au minimum deux clubs français" seront présents chaque année dans la volonté de la "Super League", affirme l'AFP de source proche des clubs fondateurs, sans préciser l'identité ou le mode de sélection des clubs concernés.

L'AFP indique que l'une des hypothèses est par exemple que le vainqueur de la Ligue 1 puisse être qualifié pour cette nouvelle épreuve.

Pour rappel, le PSG a pour le moment décidé de ne pas participer à cette future Super League.

Super League/UEFA: quelles sanctions pour les clubs et joueurs impliqués?

La création de la Super League ce dimanche par douze clubs européens va donner lieu à une intense bataille judiciaire avec l’UEFA dans les prochaines semaines et mois. Les deux camps préparent déjà leur affrontement légal et en particulier autour des éventuelles sanctions contre les frondeurs.

Les clubs peuvent-ils être exclus de leurs championats ? Les joueurs participant à cette Super League peuvent-ils être exclus de leurs sélections nationales ?

>> Toutes les infos sur les sanctions possibles pour les clubs et les joueurs

Levée de boucliers des supporters anglais contre la Super League

À travers l'Europe, les réactions contre la création d'une Super League affluent depuis hier. En Angleterre, les supporters de plusieurs clubs ont fait part de leur désaccord avec ce projet de nouvelle compétition. Parmi les fans anglais qui se sont exprimés, ceux de Chelsea, de Manchester City et de Tottenham, trois des six clubs anglais dissidents, ont manifesté leur rupture avec la décision de leur club de cœur.

La Ligue des champions ira bien à son terme cette saison

C'était l'une des solutions qu'aurait pu envisager l'UEFA pour punir les douze clubs dissidents qui ont annoncé la création de la Super League. Finalement, l'instance qui dirige le football européen a décidé de ne pas suspendre la Ligue des champions en cette fin de saison. Et ce alors que trois clubs (Manchester City, Chelsea, Real Madrid) qualifiés en demi-finales font partie du projet Super League. La Ligue Europa, également concernée avec Manchester United et Arsenal qualifiés pour le dernier carré, ira également à son terme.

>>> Plus d'informations à retrouver ici

Le Barça officialise sa présence dans la Super League

La première réaction mitigée de Joan Laporta à l'annonce de la création de la Super League pouvait laisser un léger doute quant à la participation du Barça à cette compétition réunissant douze grands clubs européens. Il est levé ce lundi matin par un communiqué dans lequel le Barça annonce sa participation: "Le FC Barcelone annonce qu'il a conclu un accord avec onze autres des plus importants clubs de football d'Europe pour former une nouvelle compétition, la Super League, qui sera régie par ses clubs fondateurs et qui est née avec la volonté d'être le meilleur sport de compétition au niveau des clubs mondiaux."

Les 12 frondeurs coupent les ponts avec l'UEFA

La guerre démarre fort entre les 12 clubs voulant la Superleague et l’UEFA. Les 12 clubs ont démissionné de tous les postes liés à l’ECA mais aussi des postes liés au conseil d’administration, des commissions et des panels de l’UEFA. Andrea Agnelli propriétaire et président de la Juventus a démissionné de son poste au CA de l’ECA et aussi de son poste au comité exécutif de l’UEFA. La démission d’Agnelli fait de Nasser Al-Khelaïfi président du PSG le nouveau boss exécutif de l’ECA.

MBo

Quand les instances européennes s'en mêlent

Face au tollé provoqué par la création d’une Super League par quelques riches clubs dissidents, l’Union européenne n’a pas tardé à réagir, apportant entre les lignes son soutien à l’UEFA. Et si la machine semble bel et bien lancée à toute allure, une intervention de l’UE dans les affaires chamboulées du football européen pourrait-elle changer la donne?

>> Plus d'infos à retrouver ici

Le vice-président de la Commission européenne prône "l'universalité, l'inclusion et la diversité"

Les réactions se poursuivent suite à l'annonce de la création de la Super League dimanche soir, et ce jusqu'aux plus hautes sphères politiques. Le vice-président de la Commission européenne, le Grec Margarítis Schinás, prône pour la défense d'un "modèle européen de sport fondé sur des valeurs, sur la diversité et l'inclusion".

"Il n'est pas possible de le réserver aux quelques clubs riches et puissants qui veulent rompre les liens avec tout ce que les associations représentent : les ligues nationales, la promotion et la relégation et le soutien au football amateur de base, poursuit-il dans un message posté sur les réseaux sociaux. L'universalité, l'inclusion et la diversité sont des éléments clés du sport européen et de notre mode de vie européen."

La presse européenne divisée sur la Super League

Pour le moment, les réactions semblent assez mitigées en Europe après la fronde menée par douze clubs majeurs contre l'UEFA et la Ligue des champions. "Fureur" en Angleterre, "la guerre commence en Espagne", le "Super non" de Italie... Le projet de Super League fait la Une de la quasi totalité des médias sportifs à travers le continent.

>> La revue de presse européenne à découvrir ici

La FIFA appelle à un dialogue "calme et constructif" entre l'UEFA et la Super League

Patronne du foot mondial, la FIFA a réagi après l'officialisation du lancement de la Super League. Sans surprise, l'instance internationale a apporté son soutien à l'UEFA et a désapprouvé la décision des douze clubs frondeurs. Néanmoins, la Fédération internationale dirigée par Gianni Infantino a appelé de ses voeux des discussions et un dialogue entre toutes les parties.

"La FIFA se positionne toujours en faveur de l'unité dans le football mondial, a indiqué l'instance basée à Zurich via un communiqué. Elle appelle toutes les parties impliquées dans des discussions houleuses à engager un dialogue calme, constructif et équilibré pour le bien de ce jeu."

FFF et LFP unies pour soutenir l'UEFA contre la Super League

Du côté des instances aussi on cherche à s'organiser pour résister face à cette Super League. L'UEFA a promis de sanctionner les frondeurs et reste pour le moment soutenue par les Fédérations et Ligues nationales. En France, la FFF et la LFP ont réaffirmé leur engagement auprès de l'instance du foot européen.

"Les rêves hégémoniques d’une oligarchie auront pour conséquence la disparition d’un système européen qui a permis au football un développement sans précédent sur le continent européen", ont regretté les deux organisations à la tête du football français.

De vives réactions contre la Super League, énorme coup de gueule de Neville

La scission organisée par une majorité des plus prestigieux clubs européens suscite de nombreuses réactions. En Angleterre notamment, dont les membres du Big Six ont rejoint la Super League, cette décision a provoqué un énorme tollé. Sir Alex Ferguson a regretté le fait de "s'éloigner de 70 ans du football européen". Mais l'une des critiques les plus acerbes de ce foot business est venue de Gary Neville. Légende de Manchester United, le consultant de la chaîne Sky Sports a violemment taclé les frondeurs et les membres de cette Super Laegue.

"Les propriétaires de ces clubs n'en ont qu'après l'argent, ce sont des imposteurs, a notamment fulminé l'ancien international anglais. Ils n'ont rien à faire avec le football dans ce pays, ses fans et ses 100 ans d'histoire."

L'Elysée salue le refus des clubs français de participer à la Super League

Avec ses douze prestigieux membres déjà officialisés, la Super League a frappé un grand coup. Pourtant, aucun club français ou allemand n'a décidé de rejoindre la fronde contre l'UEFA et la Ligue des champions. En France, le PSG a choisi de refuser de rejoindre la compétition. Idem pour le Bayern Munich outre-Rhin. La décision du club francilien a même été saluée par le président de la République Emmanuel Macron.

Joint par RMC Sport, le palais de l'Élysée a salué les clubs français ayant refusé le projet de Super League et "appuie l'UEFA" dans sa "protection de l'intégrité des compétitions européennes".

Bonjour à tous,

Serpent de mer depuis de nombreuses années, la création d'une Super League a été officialisée ce dimanche par douze des plus puissants clubs européens de football: AC Milan, Arsenal, Atlético, Chelsea, Barça, Inter, Juve, Liverpool, Manchester City, Manchester United, Real et Tottenham.

Cette nouvelle compétition entre en concurrence directe avec la prestigieuse Ligue des champions organisée sous l'égide de l'UEFA mais espère encore s'intégrer au calendrier des équipes en parallèle des compétitions nationales.

RMC Sport