RMC Sport

Mercato: le jour des "panic sale" des clubs de Ligue 1

Le dernier jour du mercato donne souvent lieu à des recrutements étranges et connus sous le nom de "panic buy". Plusieurs clubs de Ligue 1 pourraient découvrir ce mardi les "panic sale" afin d’équilibrer leurs comptes et de se sortir d’une mauvaise passe économique.

La fermeté du PSG avec le Real Madrid pour Kylian Mbappé constitue une anomalie dans le football français et européen. Peu de clubs (aucun ?) peuvent se permettre de refuser une offre globale de 180 millions d’euros pour un joueur à qui il ne reste plus qu’un an de contrat. Outre l’espoir de prolonger l’attaquant de 22 ans, la direction francilienne n’a peut-être pas voulu prendre le risque de devoir recruter un remplaçant le dernier jour du mercato et ainsi de céder au fameux "panic buy".

En France, la position économique du PSG se situe à des années lumières des autres équipes. Si bien que plusieurs formations de l’élite s’exposent à des ventes forcées ce mardi. Une situation de "panic sale" ("vente panique") devenue nécessaire par les difficultés financières de la L1.

>> Les infos du mercato sont en direct sur RMC Sport

Des finances dans le rouge à cause du Covid-19 et Mediapro

La Ligue 1 va mal sur le plan économique. Deux causes majeures viennent ainsi expliquer cette situation: le Covid-19 et les droits TV. Entre l’arrêt de la saison 2019-2020 et le huis clos imposé pendant toute la campagne 2020-2021, les clubs français ont accusé d’importantes baisses de leurs recettes sur la billetterie,et le sponsoring. La faillite de Mediapro a aussi entraîné une importante chute des revenus. La manne promise par le groupe sino-espagnol (780M/an) n’a été que partiellement compensée par l’arrivée surprise d’Amazon (250M/an). Le conflit entre la LFP et Canal + fait craindre des pertes supplémentaires. Jean-Marc Mickeler, patron de la DNCG, a même partagé son inquiétude pour la survie de certains clubs à court et moyen terme.

"Les clubs sont financièrement exsangues. On est à l'os, a lancé le président de l’instance mi-juillet auprès de L’Equipe. […] Si la France devait affronter une quatrième vague de Covid avec zéro jauge, si les 330 M€ (pour les deux matches de Canal +, ndlr)) venaient à ne pas être au rendez-vous, on ne pourrait pas exclure des dépôts de bilan sur la saison 2021-2022."

Un mercato plus calme que prévu

En plus des difficultés structurelles, les clubs de Ligue 1 ont dû faire face à un été relativement calme sur le marché des transferts, en dehors des mouvements de mastodontes comme Messi et Ronaldo. Habituées à vendre de nombreux joueurs dans toute l’Europe pour maintenir leurs finances à flot, les équipes françaises ont beaucoup moins vendu qu’à l’habitude. Avant cette ultime journée du mercato estival, le total des ventes atteint environ 300 millions d’euros.

Cela constitue une baisse de presque 115M€ par rapport à 2020-2021. Surtout, cela donne un différentiel d’environ 630M€ avec 2019-2020 et 650M€ avec 2018-2019. Afin d’équilibrer leurs comptes, certains clubs pourraient donc accepter de vendre certains joueurs, y compris parmi leurs meilleurs éléments, moins chers que prévu ou espéré. Tour d'horizon des clubs qui doivent vendre sous la pression.

Pablo Longoria a réalisé de jolis coups cet été en obtenant les prêts de William Saliba ou Mattéo Guendouzi. Le président du club phocéen a eu plus de mal à vendre, notamment les deux joueurs qui disposaient d’une belle cote et de plusieurs prétendants : Duje Caleta-Car et Boubacar Kamara.Le défenseur croate n’est pas très emballé par Wolverhampton qui ne propose que 15 millions d’euros à l’OM. Le vice-champion du monde joue la montre en attendant de voir si un autre club se manifeste. S’il n’y a que Wolves le central de 24 ans pourrait tout de même y aller car il est attiré par la Premier League. Mais tant qu'il n'y aura pas de ventes, la journée devrait être calme sur le plan des recrues.

Boubacar Kamara se trouve en stand-by. L’OM a besoin de le vendre mais les clubs ne se bousculent pas pour l’international Espoirs. Le FC Séville, un temps intéressé, semble avoir abandonné cette piste. Est-ce que l’Angleterre peut se réveiller sur le tard? S’il ne part pas, l’OM espère pouvoir le prolonger et le joueur n’y serait pas opposé pour ne pas partir libre de son club formateur en juin prochain.

Financièrement, l’OM doit faire entrer au minimum l’un de ces deux transferts dans les caisses (donc environ 15 millions d’euros) et la DNCG veut surtout que Marseille réduise sa masse salariale. Du nombre départs de dernière minute dépendra la capacité du club à renforcer son effectif. Jorge Sampaoli souhaite quatre arrivées supplémentaires. Il aura Amine Harit, dossier pour lequel il ne manque que l’officialisation du club olympien. Il souhaite un attaquant. Après minuit, l’OM pourra ensuite espérer viser un joueur libre ou un joker pour compléter l’effectif.

Racheté par Gérard Lopez et sauvé de la banqueroute, le club bordelais va connaître une journée très chargée dans le sens des arrivées comme dans celui des départs. Pour l’instant, seul le transfert de Toma Basic à la Lazio est officiel. Les ventes de Yacine Adli à l’AC Milan et celle de Josh Maja à Nottingham Forest vont apporter des liquidités aux Girondins et leur permettre de de recruter plusieurs renforts.

Titulaire en équipe première et considéré comme un joueur très prometteur, Yacine Adli aurait probablement rapporté plus après une saison supplémentaire en L1. Mais Bordeaux a préféré prendre directement un joli chèque pour l’ancien espoir du PSG, obtenant en bonus sur prêt et un pourcentage à la revente. Le Coréen Ui-jo Hwang pourrait aussi être vendu en Allemagne. Dans un souci d’économie, le club au scapulaire envisage aussi de résilier le contrat de Loris Benito, l’un des plus gros salaires de l’équipe.

Le club angevin, avait été relégué temporairement en L2 par la DNCG avant d’intégrer la vente de Rayan Aït-Nouri à son bilan comptable. Mais le club SCO est encore contraint de réduire sa masse salariale de 10 millions d'euros avant ce mardi soir. Pour cela, il faut se délester de gros salaires (Ninga, Pavlovic, Thioub ou encore Bobichon). Surtout, le président Chabane gère la potentielle vente d’Angleo Fulgini. Si le dirigeant attend au moins 15 millions pour le milieu, Nice ou le PSV le suivent, Angers sera peut-être obligé de revoir ses exigences légèrement à la baisse. A moins de trouver d’autres manières de faire des économies comme avec le départ de Stéphane Bahoken, courtisé par Montpellier.

Lens pourrait dégraisser

Bonne surprise de la saison 2020-2021, Lens rêve de récidiver. Sans faire de folie, le club artésien va se renforcer avec le prêt imminent d’Arnaud Kalimuendo.

L’officialisation de l’arrivée de l’attaquant parisien pourrait donner des envies d’ailleurs à Corentin Jean qui joue très peu. Idem pour Steven Fortes, soumis à la concurrence des recrues Kevin Danso et Christopher Wooh, qui pourrait s’en aller et alléger un peu la masse salariale des Nordistes. Les Belges d'Ostende sont intéressés par son profil.

Montpellier perd sa doublette Laborde-Delort

Auteur d’un début de championnat décevant avec seulement quatre points, le club héraultais va devoir redresser la barre sans deux de ses éléments majeurs. Andy Derlort s’est déjà engagé avec Nice pour près de 10 millions d’euros. Son compère montpelliérain Gaëtan Laborde devrait rapidement l’imiter. Courtisé par l’OL, Séville ou encore Rennes, West Ham et le Zenith Saint-Pétersbourg.

L’attaquant de 27 ans devrait rejoindre Rennes dans la journée pour 15 millions sans bonus. Une vente attendue donc. Ce qui n’était pas prévu c’était la vente de Delort qui malgré ses déclarations d’amour pour le MHSC avait envie de changement comme l’a montré son changement d’agent début juillet. Un départ qui passe mal au club mais Laurent Nicollin ne semble pas avoir eu le choix.

Monaco espère réduire un effectif très fourni

A l’image de Nice, soutenu par le groupe Ineos, Monaco n’est pas vraiment en danger sur le plan financier. Mais le club de la Principauté devrait quand même connaître une journée très agitée dans le sens du départ. Avec de trop nombreux joueurs dans l’effectif, l’ASM ne retiendra pas certains joueurs et cherchera même à s’en séparer.

Le jeune Anthony Musaba (20 ans) va être prêté sans option d'achat à Heerenveen. L’ancien crack de l’OL, Willem Geubbels, va signer à Nantes via un prêt avec option d'achat. Emargeant toujours au club, Keita Baldé est en discussion avec la Sampdoria mais rien n’est fait pour le moment. Monaco devrait le libérer de sa dernière année de contrat, quatre ans après avoir déboursé 30M€ pour l’arracher à la Lazio. Julien Serrano, prêté à Livingston l'an dernier, cherche lui aussi une porte de sortie.

Nantes a du mal à dégraisser

A Nantes aussi, la situation reste compliquée et les Canaris avaient été interdits de recrutement à titre onéreux par la DNCG avant la levée de la sanction en appel. Le président Kita aurait promis au gendarme financier du foot français de vendre et de se délester de gros salaires.

Niveau vente, Randal Kolo Muani pourrait faire l’objet d’un départ (un peu) au rabais. Libre en juin prochain, le buteur veut rejoindre Francfort mais le club allemand laisse traîner l’affaire. La direction multiplie les appels à des agents pour se délester de gros salaires (Wague, Limbombe, Emond etc.) et ne parvient pas non plus à vendre le duo Blas Simon qui possède aussi une belle valeur marchande.

Lille rêverait de vendre pour 50M€

Champion de France en titre et qualifié pour la Ligue des champions, a passé tranquillement son dernier passage devant la DNCG et est un peu moins tendu au niveau financier. Le club aimerait encore vendre certains joueurs et surtout trouver des portes de sorties pour des jeunes de la réserve acheté par l’ancienne direction.

L’idéal aurait de vendre pour 100 millions d’euros lors du mercato estival. Pour l’instant, Lille a vendu pour un peu plus de 50 millions d’euros avec les transferts de Boubakary Soumaré à Leicester, Luiz Araujo à Atlanta, Mike Maignan à l’AC Milan et Adama Soumaoro à Bologne.

Jean-Guy Lebreton avec JB, CB, FGe, JL, NP et LT