RMC Sport
Dossier

JO de Paris 2024

« Made for sharing » (Fait pour partager), tel est le slogan officiel des Jeux olympiques d’été 2024 à Paris, du 26 juillet au 11 août. Un slogan qui donne une portée universelle aux Jeux olympiques parisiens, et qui a convaincu les membres du Comité olympique de confier l’organisation de cette édition à la Ville Lumière.
Ces Jeux de la XXXIIIe olympiade feront de Paris, après Londres (1908, 1948, 2012), la deuxième ville à célébrer les Jeux olympiques d’été pour la troisième fois en un peu plus de cent ans (1900, 1924, 2024).
La capitale française s’appuie sur 95% de sites déjà existants ou temporaires. De Saint-Denis à la Tour Eiffel, les Jeux 2024 s’étaleront sur plusieurs communes, incluant naturellement la petite couronne parisienne aux festivités.
15 000 athlètes, 4 milliards de téléspectateurs attendus, 50 000 bénévoles… Tous les ingrédients sont réunis pour faire de Paris le centre du monde durant 45 jours, paralympiques inclus.

Chahuté par certains basketteurs, dont Batum et Fournier, pour le choix initial du site concernant le tournoi olympique de basket, Tony Estanguet, patron de Paris 2024, étudie toutes les options pour reloger la compétition à Paris… ou ailleurs.

Un combat de boxe pendant les Jeux de Tokyo en juillet 2021

Paris 2024: pourquoi le patron de la boxe française "n'imagine pas" un retrait de la discipline

Président du CIO, Thomas Bach a mis une nouvelle fois en doute la présence de la boxe au Jeux de Paris 2024 en raison des problèmes de corruption qui ont gangrené cette discipline. Président de la fédération française, Dominique Nato fait le point sur ce dossier pour RMC Sport. L’ancien entraîneur national et DTN reste optimiste vu les efforts faits par l’AIBA (Fédération internationale de boxe amateur) pour retrouver de la légitimité.

Steven Da Costa à Tokyo

JO: "Estanguet oublie vite d'où il vient", critique Da Costa après l'absence du karaté pour Paris 2024

Président du comité d'organisation des Jeux olympiques de Paris 2024, Tony Estanguet a encore confirmé ces derniers jours que le karaté ne serait pas gardé au programme pour les JO en France. Un choix que regrette Steven Da Costa, champion olympique de la discipline dans la catégorie des moins de 67kg, à Tokyo. Invité de RMC ce mercredi, Da Costa fustige les arguments avancés par Estanguet qui préfère les "sports qui cartonnent sur les réseaux sociaux".